Copé : "je ne reconnais pas Fillon"
Jean-François Copé, invité du Grand Rendez-vous Europe 1, i-Télé et Aujourd'hui en France. © Europe 1

INTERVIEW E1 - A une semaine de l'élection du président de l'UMP, Copé a regretté des "excès".

A une semaine de l'élection du président de l'UMP, la tension monte et les attaques se font plus nombreuses entre les deux candidats. Invité dimanche du Grand Rendez-vous Europe 1, i-Télé et Aujourd'hui en France, Jean-François Copé a affirmé qu'il "ne reconnaissait pas" François Fillon.


François Fillon "un peu dans l'excès" 

"Je n’entrerai pas sur la forme, sur ces mots qui me paraissent déplacés, qui même parfois me laissent à penser que je ne reconnais pas François Fillon dans cette tonalité", a déclaré Jean-François Copé. "On est en fin de campagne, il y a visiblement une expression qui est un peu dans l'excès de la part de François Fillon." Mais "je ne veux pas polémiquer là-dessus", a-t-il ajouté. "C'est à lui qu'il faut poser la question de la raison de ses emportements."

Le secrétaire général de l'UMP réagissait à l'accusation du l'ancien Premier ministre, samedi dans Le Parisien de vouloir faire "le buzz". "Rechercher le buzz à tout prix, en parlant par exemple de viennoiseries... Ça peut éventuellement marcher de façon immédiate, mais pas sur le long terme", avait jugé François Fillon en faisant référence à l'histoire, très critiquée, racontée par Jean-François Copé d'un enfant à qui l'on a arraché son pain au chocolat en période de ramadan.

"Heureux" d'un retour de Sarkozy

Par ailleurs, Jean-François Copé s'est dit "très heureux" que 64% des sympathisants UMP souhaitent que Nicolas Sarkozy soit le candidat de l'UMP à l'élection présidentielle de 2017, selon un sondage du Journal du Dimanche.

"Pour moi, non seulement ce n’est pas gênant, mais j’en suis très heureux", a-t-il assuré. "J’ai choisi de mettre mes pas dans le chemin tracé par Nicolas Sarkozy. (...) J’ai dit que quelque soient les choix de Nicolas Sarkozy, je serai à ses côtés."