Copé et Bertrand, l'unité retrouvée

  • A
  • A
Copé et Bertrand, l'unité retrouvée
Le secrétaire général de l'UMP Jean-François Copé ne veut plus d'attaques internes... au moins jusqu'à la présidentielle de 2012.
Partagez sur :

Les deux ennemis internes à l’UMP se sont réunis à la tribune lors de la convention UMP pour l’emploi, mardi.

La hache de guerre semble enterrée entre Xavier Bertrand et Jean-François Copé. Habitués aux petites amabilités, les deux hommes ont décidé de mettre temporairement de côté leurs différends pour une cause commune : la victoire de l'UMP en 2012. A juste un an de l’élection, les maires de Meaux et Saint-Quentin se sont retrouvés mardi lors d’une convention pour l’emploi. L’occasion d’afficher publiquement cette nouvelle solidarité.

"On laisse les polémiques à la gauche" :

Désireux de jouer la carte "tous pour un" à fond, Xavier Bertrand a même proposé un déjeuner à Jean-François Copé, une chose inimaginable il y a quelques mois d’après son entourage.

"On doit être le parti qui propose"

Jean-François Copé lui a rendu la politesse. Le secrétaire général de l’UMP a tracé le sillon à suivre pour mettre le parti au pouvoir sur les rails d’une nouvelle victoire dans un an. "La priorité absolue, c’est qu’on soit rassemblés", a-t-il confié au micro d’Europe 1. Selon lui, il faut "faire énormément de propositions", pour que "tout cela à la fin de l'année devienne un projet pour la France".

Copé donne la "priorité au rassemblement" :

Jean-François Copé a suivi Xavier Bertrand en envoyant un tacle à la gauche, véritable sujet de rassemblement entre les deux hommes. L’UMP doit être "le parti politique français qui propose" pour "faire contraste" avec un PS "extrêmement sectaire et archaïque" et un Front national qui est le "parti du refus" et de "l'irresponsabilité". La réconciliation ostensible des deux hommes lance « l’année de l’amour » au sein de l’UMP, selon le terme employé par un ministre.