Convocation de Marine Le Pen : une "persécution dans un dossier qui n'a aucun fondement"

  • A
  • A
Convocation de Marine Le Pen : une "persécution dans un dossier qui n'a aucun fondement"
Wallerand de Saint-Just dénonce une "persécution" quant à l'enquête sur les assistants parlementaires européens de Marine Le Pen@ Europe 1
Partagez sur :

Pour le trésorier du Front national, Wallerand de Saint-Just, Marine Le Pen a raison d'invoquer son immunité parlementaire pour refuser de se présenter à la convocation des juges.

INTERVIEW

Marine Le Pen ne se présentera pas auprès des juges pour répondre dans l'enquête sur ses assistants parlementaires européens. Wallerand de Saint-Just, le trésorier du Front national, évoque une "persécution", au micro d'Europe 1 samedi.

"Des méthodes absolument insupportables". La présidente du Front national a été convoquée par les juges en vue d'une possible mise en examen dans l'enquête sur l'affaire de ses assistants parlementaires européens. Mais aussitôt après que ses avocats aient annoncé la nouvelle, la candidate du Front national à la présidentielle a fait savoir dans un courrier qu'elle ne répondrait pas à cette convocation. Elle a déclaré aux juges qu'elle n'irait pas les voir avant la fin de la campagne. 

"Ce sont des méthodes absolument insupportables", défend Wallerand de Saint-Just. "C'est une enquête qui date de deux ans. Je trouve extraordinaire qu'un juge d'instruction se précipite pour convoquer comme ça juste avant l'élection présidentielle."

Une "persécution". Pour le soutien de Marine Le Pen, la candidate  a parfaitement le droit de faire valoir son immunité parlementaire. "De toute façon, cette affaire démarre d'une persécution absolument invraisemblable de l'exécutif socialiste du Parlement européen. Donc Madame Le Pen a parfaitement raison de mettre en avant son immunité parlementaire devant cette persécution dans un dossier qui n'a aucun fondement."

Fillon et Le Pen, deux stratégies différentes. La stratégie de la candidate du Front nationale est opposée à celle de François Fillon, lui aussi convoqué par la justice, qui se rendra devant les juges. "L'immunité parlementaire est l'un des piliers de la démocratie. Elle existe depuis toujours et il est tout à fait normal et légitime que Marine Le Pen s'en prévale. Monsieur Fillon fait ce qu'il veut. Madame Le Pen utilise l'un des piliers de la démocratie française."