Conseil national LR : "C'est respecter les militants que d'être présent", estime Eric Woerth

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

LES ABSENTS ONT TOUJOURS TORT - Le secrétaire général du parti Les Républicains a fustigé, vendredi sur Europe 1, les candidats à la primaire de la droite qui comptent sécher le Conseil national du parti, prévu samedi.

INTERVIEW

C'est l'un des derniers épisodes du bras de fer entre Nicolas Sarkozy et les candidats déclarés à la primaire de la droite, qui ne deviendront ses rivaux officiels que lorsque lui aura décidé d'annoncer sa candidature. Le Conseil national des Républicains se tient samedi 2 juillet, et doit permettre de voter le "projet présidentiel" du parti. Avec un problème : d'inspiration clairement sarkozyste, ce projet ne convient pas à Bruno Le Maire, Alain Juppé et les autres candidats lancés dans la course à l'investiture. Certains comptent même ne pas venir, ce qui ne plaît pas du tout à Eric Woerth, secrétaire général LR.

Manque de respect. "Les présents ont toujours raison", a estimé ce dernier sur Europe 1 vendredi. "C'est très important d'être présent dans sa propre famille politique. C'est quand même respecter les militants que de le faire." La pique est d'abord destinée à Bruno Le Maire, qui a d'ores et déjà annoncé que le projet du parti ne l'engageait pas, et qu'il ne ferait pas le déplacement. Mais elle peut également viser Alain Juppé ou Nathalie Kosciusko-Morizet, qui ne feront qu'un saut à la réunion de famille de la droite, sans écouter le discours de clôture de Nicolas Sarkozy. "Il y a un joli Conseil national. La noblesse de la politique, ce sont les idées, les débats, la capacité à proposer", a souligné Eric Woerth. 

"Le débat va se poursuivre". Le député-maire de Chantilly goûte d'autant moins cette attitude que, selon lui, voter le projet présidentiel ne signifie pas que les candidats soient pieds et poings liés aux dispositions qu'il contient. "Il y a beaucoup de propositions très précises, très sérieuses. [Mais] c'est un continuum. Le débat va se poursuivre jusqu'à l'élection présidentielle." Les concurrents à la primaire ne voient là que de belles promesses, et fourbissent d'ores et déjà leurs armes. Ainsi, Jean-François Copé devrait venir au Conseil national, mais pour proposer son propre projet. Et Hervé Mariton pourrait appeler à voter contre celui de Nicolas Sarkozy. La réunion de famille promet d'être houleuse.