Congrès du PS : la campagne vue des militants

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Les militants parisiens du PS ont pu assister mardi soir à un débat entre les quatre candidats en lice pour prendre la direction du parti.

PAROLES DE

Les militants du Parti socialiste se préparent à voter jeudi pour élire leur futur premier secrétaire. Les quatre candidats, Luc Carvounas, Emmanuel Maurel, Stéphane le Foll et Olivier Faure tenaient mardi soir un débat contradictoire devant les adhérents parisiens à la Bellevilloise, dans le 20e arrondissement.

Reconstruire le parti. Dans cette salle de concert, l'ambiance était plutôt détendue même si, sur scène, les musiciens ont laissé place à quatre rivaux. Dans l'assistance, Marc a déjà choisi son champion : Olivier Faure. "Son projet, c'est de mettre sur la table un calendrier avec des conventions, un espace de reconstruction. Ce n'est pas Johnny Hallyday, mais ce n'est pas ce qu'on lui demande aujourd'hui", fait valoir ce militant auprès d'Europe 1.

À Paris, le patron des députés PS est ultra favori. Dans son programme, il y a la nécessité d'un inventaire du quinquennat Hollande, indispensable pour Julien. "Le devoir d'inventaire, c'est une vieille expression qui pour la famille socialiste veut dire quelque chose : nous n'avons pas eu l'occasion d'analyser concrètement le mauvais score que nous avons fait pendant la présidentielle", explique-t-il.

Rassembler à gauche. Pour Kadiatou, jeune militante de 25 ans, la renaissance du parti passe forcément par des alliances électorales. Ce que défend le candidat de l'aile gauche, l'eurodéputé Emmanuel Maurel, prêt à une alliance avec Jean-Luc Mélenchon, le leader de la France insoumise. "Aujourd'hui, si l'on veut se reconstruire et avancer, on est obligé de s'allier aux autres partis de gauche. Emmanuel Maurel est le seul qui propose de la faire avec toute la gauche", souligne cette électrice.

À quelques jours du Congrès d'Aubervilliers, les militants veulent tous croire que le parti peut renaître, et beaucoup estiment que pour cela il doit plus que jamais s'appuyer sur sa base.