Comptes de campagne : le geste de l'Elysée

  • A
  • A
Comptes de campagne : le geste de l'Elysée
@ REUTERS
Partagez sur :

Plusieurs déplacements pourraient être réintégrés dans les comptes du futur candidat Sarkozy.

Depuis plusieurs semaines, le PS accuse Nicolas Sarkozy de mélanger ses fonctions de président et de futur candidat, notamment dans ses déplacements. Pour répondre à ces accusations, l'Elysée s'est dit prêt à réintégrer plusieurs frais de déplacements du président Sarkozy dans les futurs comptes de campagne du candidat de l'UMP. Une rencontre en ce sens a eu lieu entre le directeur de cabinet de l'Elysée, Christian Frémont et François Logerot, le président de la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP).

L'offensive du PS contre le président-candidat Sarkozy a pris une nouvelle tournure, lundi, après la saisine par le PS de la Commission nationale des comptes de campagne, comme l'annonçait Europe 1. Objectif de cette saisine ? Dénoncer l'utilisation de "moyens publics" à des fins électorales, lors de "deux récents déplacements" du chef de l'Etat.

Lavaur et Fessenheim en ligne de mire

En ligne de mire notamment, les visites de Nicolas Sarkozy à Lavaur dans le Tarn, le 7 février dernier, pour faire la promotion de la politique familiale, suivie de sa visite à la centrale de Fessenheim, dans le Haut-Rhin, le 9 février pour évoquer le programme nucléaire français. L'équipe de François Hollande demande que le coût de la salle et les buffets réservés lors de ses deux déplacements soient pris en charge dans les comptes du futur candidat.

Dans son courrier, l'ancien ministre de l'Intérieur Daniel Vaillant, agissant comme mandataire de François Hollande, rappelait qu'il avait déjà saisi la commission le 30 novembre pour qu'elle se prononce "sur la légitimité des frais engagés par le président de la République lors de ses déplacements".

Le 15 décembre, François Logerot, le président de la Commission des comptes de campagne avait précisé que le coût de certaines manifestations pourrait être "réintégré ultérieurement au compte de campagne " dans l'hypothèse où Nicolas Sarkozy serait amené à exposer les éléments d'un programme de futur candidat" avant l'annonce officielle de sa candidature. Le député socialiste René Dosière, spécialiste des dépenses de l'Elysée, a évalué à 325.000 euros le coût moyen de chaque déplacement présidentiel .