Comment Valls veut amadouer les députés

  • A
  • A
Partagez sur :

L’INFO POLITIQUE - Le Premier ministre va les recevoir, mais pas question pour lui de reculer sur son plan d’économies.

L’INFO. En dévoilant son plan d’économies, Manuel Valls a mis le feu à une partie de sa majorité. Certains élus socialistes trouvent déjà que les efforts demandés pour atteindre ces fameux 50 milliards d'économies sont inacceptables. L'exécutif a désormais moins de 15 jours pour déminer le terrain. Selon Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1, Manuel Valls a d’ailleurs prévu de recevoir les députés PS pour tenter d’arrondir les angles.

 Valls ouvert au dialogue, mais … Dans l’entourage du Premier ministre, on évoque une volonté de dialogue sur ce sujet. Puis on rappelle très vite que 306 députés ont voté la confiance à Manuel Valls, et que tout était clair dans le discours de politique générale. Dit autrement : oui, on veut bien discuter avec vous, non on ne reculera pas. Une fermeté qui n’empêche pas de tenter d’apaiser le feu. En coulisses, tous les leviers dont dispose Manuel Valls sont activés pour ne pas que l’incendie s’étende. Ses relais à l’Assemblée nationale sont priés de jouer "les stabilisateurs" comme le dit l’un d’eux, pour éviter que la majorité ne s’emballe.

… des menaces sont lancées.Et si ça ne suffit pas à calmer les plus frondeurs, alors on passe à l’étape des menaces. Un député raconte par exemple que les conseillers du président et du Premier ministre agitent le recours à l’article 49.3 de la constitution, qui permet à Manuel Valls d’engager sa responsabilité sur ce texte. Ou encore brandissent l’arme atomique de la dissolution. Mais dans le "camp" d’en face, on se prépare également et on n’a pas l’intention de se laisser faire. Le Parti socialiste va se mettre en position de relayer la colère des élus, et Jean-Christophe Cambadélis, son nouveau patron, va se poser en interlocuteur du Premier ministre. Du coté de l’Elysée, on se contente de rappeler que "le capitaine a montré le cap, c’est aux marins de hisser la voile".

Problème : certains marins sont au bord de la mutinerie. Et le calendrier ne facilite pas la vie de l’exécutif. Les députés sont en vacances et ils ne rentreront que le 29 avril, soit la veille du vote du programme de stabilité. Pas idéal pour surveiller les troupes, et encore moins pour les convaincre… Certains d’entre eux confient en privé n’avoir jamais ressenti un tel climat. Ils savent que Manuel Valls ne reculera pas, et personne ne veut imaginer les conséquences d’une dissolution. Reste que même si l’exécutif arrive in fine à avoir le soutien de la majorité, le problème ne sera pas réglé pour autant. Les députés  socialistes ont été élus sur l’idée de "réenchanter le rêve Français", et François Hollande leur demande de voter le gel des prestations sociales... Un malentendu qui ne peut tourner qu’au bras de fer. 

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

FRONDE - Une partie du PS "atterrée" par les annonces de Valls

C'EST MOI QUI PARLE - Valls, porte-parole et dircom du gouvernement ?

MANAGEMENT - Ce rapport qui sonne comme la méthode Valls