Comment le PS forme ses militants à contrer le FN

  • A
  • A
Comment le PS forme ses militants à contrer le FN
@ MAXPPP
Partagez sur :

INFO E1 - Pour aider des militants souvent démunis, la fédération du Pas-de-Calais publie un guide anti-FN. Extraits.

Un outil de riposte. A quatre mois des élections municipales, la fédération socialiste du Pas-de-Calais passe à l'offensive dans sa stratégie de riposte au Front national. Dans les prochains jours, un guide va être distribué aux militants PS pour les aider à être plus percutants dans leur argumentation anti-FN. Ce document, destiné à réarmer des troupes souvent démunies sur le terrain, comporte 29 fiches thématiques. Europe 1.fr a pu se procurer en avant-première trois de ces fiches "riposte".

Florilège de phrases entendues. "Les étrangers prennent nos emplois". "La gauche et la droite, c'est pareil, essayons le FN". "Vous ne faites rien contre la délinquance". "Vous avez augmenté les impôts". Voilà ce qu'entendent régulièrement les militants socialistes à Hénin-Beaumont, Oignies ou encore Méricourt. C'est à partir de leurs témoignages souvent dépités que la fédération du Pas-de-Calais a imaginé et concocté ce petit guide anti-FN comportant une trentaine de pages. Sur chacune des fiches, on trouve une phrase entendue sur le terrain et une contre-argumentation déclinée en trois points : les faits, la valeur, l'engagement.

Le PS fournit à ses militants des argumentations prêts à l'emploi :

 

A l'électeur tenté par le vote FN et qui renvoie dos à dos la gauche et la droite, adhérant ainsi au "système UMP-PS" dénoncé par Marine Le Pen, les militants sont invités à lui répondre en rappelant le bilan désastreux du FN quand il a eu à gérer des communes. "Le FN à la tête d'une mairie, c'est 1/plus d'endettement comme à Toulon, 2/plus d'impôts locaux comme à Marignane, 3/ une explosion des prix de l'eau comme à Vitrolles, 4/ des maires traînés en justice pour détournement de fonds", peut-on lire sur la fiche n°26. A cet autre électeur qui fustige la politique de sécurité du gouvernement, il faut asséner des chiffres, selon la fiche n°10. "Les faits : 5.000 postes de policiers en plus d'ici 2017, 64 zones de sécurité prioritaires créées par le gouvernement".

Aller à l'essentiel. A chaque fois, l'objectif est simple. Le militant socialiste doit pouvoir aller à l'essentiel en fournissant une réponse courte et percutante aux électeurs, tentés par le vote FN ou l'abstention lors des prochaines élections municipales. Sur les marchés ou quand ils font du porte à porte, les militants ont compris que les longues démonstrations étaient souvent contre-productives. "Il faut donc cogner, argumenter rapidement pour démonter les équations simplistes du FN", explique Stéphane Filipovitch, secrétaire fédéral en charge de la riposte dans le Pas-de-Calais. D'où l'idée de doter les militants d'arguments prêts à l'emploi.

 Des militants impuissants. En vue des municipales, le FN mise beaucoup sur le Pas-de-Calais. Selon des projections de l'Ifop basées sur les résultats du second tour des législatives de 2012, dix communes parmi lesquelles Hénin-Beaumont, Oignies, Courrières, Méricourt, Montigny-en-Gohelle ou encore Rouvroy pourraient être remportées par le parti de Marine Le Pen. Faire campagne pour le PS dans ces bastions favorables au FN est donc loin d'être facile.

Lassés d'entendre toujours les mêmes phrases, des militants ont fait part à la fédération PS de leur désarroi à capter ces électeurs qui, à un moment donné, se sont sentis oubliés. "A partir de là, on a fait une enquête de terrain et on a identifié avec eux une vingtaine de phrases qui reviennent en boucle. Autant de raisons invoquées pour dire 'Moi, je vote ou je vais voter FN parce que... ", indique Stéphane Filipovitch. "Le projet a alors été d'argumenter point par point à ces affirmations pour faire en sorte que les électeurs ne soient pas manipulés par les fausses réponses apportées par le FN", ajoute le secrétaire fédéral. Ce guide, destiné aujourd'hui aux militants, pourrait servir par la suite à faire des tracts ciblés.

fn jean marie le pen marine le pen

Trouver la riposte adaptée. Cette initiative locale du Pas-de-Calais s'inscrit dans une démarche plus générale de riposte menée par le PS au niveau national. Depuis un an, Sarah Proust, la secrétaire nationale en charge de cette question, travaille avec les fédérations pour trouver le bon positionnement à adopter face au parti d'extrême droite. "Le FN de Marine Le Pen est beaucoup plus difficile à décrypter que celui de son père car elle cherche à brouiller le message. La stratégie de com' du FN n'est pas la même dans le Pas-de-Calais ou le Vaucluse", insiste Sarah Proust. "A Hénin-Beaumont, le secrétaire général du FN Steeve Briois fait campagne sur l'emploi et les impôts tandis que dans le Sud, l'immigration reste le sujet sur lequel les électeurs FN sont le plus sensibles", ajoute la Madame riposte de Solférino. D'où la nécessité, pour le PS, d'adapter ses outils aux situations locales.