Comme pour les parlementaires, Macron veut une réduction du nombre des élus locaux

  • A
  • A
Comme pour les parlementaires, Macron veut une réduction du nombre des élus locaux
Le chef de l'État s'exprimait lundi devant les associations d'élus locaux au Sénat.@ Ian KINGTON / POOL / AFP
Partagez sur :

Devant la Conférence nationale des territoires réunie au Sénat, le président de la République a affirmé lundi qu'il fallait "engager une réduction du nombre des élus locaux".

Le président Emmanuel Macron a affirmé lundi qu'il fallait "engager une réduction du nombre des élus locaux, comme" il a décidé d'"engager une réduction du nombre de parlementaires". 

Un tiers de parlementaires en moins. "Nos concitoyens ne comprendraient pas ce traitement différencié", a ajouté le chef de l'État devant la Conférence nationale des territoires réunie au Sénat. Au cours de la campagne présidentielle puis, le 3 juillet devant le Parlement réuni en Congrès à Versailles, Emmanuel Macron a promis une réduction d'un tiers du nombre des parlementaires dans chacune des deux chambres.

Macron veut "une réflexion profonde" sur "la refonte de la fiscalité locale". Emmanuel Macron a aussi annoncé son intention d'ouvrir une "réflexion profonde" sur la "refonte de la fiscalité locale" en France pour envisager les mesures de "substitution" de la taxe d'habitation qu'il entend supprimer pour 80% des ménages. "Je souhaite que nous ouvrions, dans le cadre d'une commission de travail (...) une réflexion profonde de la refonte de la fiscalité locale et en particulier en substitution de la taxe d'habitation", a-t-il déclaré.

"Trop de fonctionnaires des circulaires" et pas assez "sur le terrain". Il a par ailleurs estimé que la France avait "trop de fonctionnaires des circulaires, et pas assez de fonctionnaires sur le terrain". "On a dépossédé les fonctionnaires de terrain de leurs prérogatives", a-t-il observé après avoir jugé qu'il fallait "renforcer la déconcentration pour adapter les politiques de l'État aux territoires". "Je veux avoir une politique de la stratégie claire, et un contrôle a posteriori", a enfin assuré le président devant les associations d'élus locaux.