INTERVIEW EUROPE 1

. Le sénateur-maire de Lyon Gérard Collomb a souligné vendredi matin sur Europe 1 que le Parti socialiste devait maintenant définir une position claire sur des "questions fondamentales". Le PS "a été très longtemps dans une ligne qui était simplement d'opposition et qui n'était pas de réflexion et de proposition. Aujourd'hui il faut faire à marche forcée ce que l'on n'a pas fait au cours des dix dernières années", estime-t-il, des arbitrages "à chaud" et "'dans la douleur" et qui "apparaî[ssent] souvent un peu à contre-temps."

Ainsi, le PS doit aujourd'hui trouver une position commune "sur des questions aussi fondamentales que celle de l'Europe, celle des déficits, celle de la compétitivité", poursuit le maire de Lyon.

Gérard Collomb refuse toutefois d'accuser Jean-Marc Ayrault en personne : "ce n'est pas fondamentalement une méthode Ayrault qui est à remettre en cause, c'est simplement des choix qu'il faut effectuer".

Sur la question du mariage homosexuel, Gérard Collomb a simplement répondu qu'il ne célébrait pas personnellement de mariage, mais qu'il craignait "une véritable industrie du portage d'enfant pour autrui", prenant pour exemple les Etats-Unis.