Claude Guéant, "le rabatteur du président"

  • A
  • A
Claude Guéant, "le rabatteur du président"
Claude Guéant est, comme Nicolas Sarkozy, "coupé du pays" selon Noël Mamère.@ REUTERS
Partagez sur :

Les propos du ministre sur le nombre de musulmans en France suscitent un tollé à gauche.

"Du Le Pen à la virgule près". Noël Mamère, député Europe-Ecologie-Les Verts a critiqué vertement, lundi sur Europe 1, les propos de Claude Guéant. Le ministre de l’Intérieur avait estimé plus tôt que "l'accroissement du nombre des fidèles" de la religion musulmane et "un certain nombre de comportements" de ces fidèles "posent problème". "C’est une recherche désespérée des électeurs qui sont allés sur le Front National", a commenté Noël Mamère. L'élu écologiste s'est même demandé "à quoi sert", Claude Guéant sinon à être le "rabatteur du président de la République qui braconne sur les terres du FN". "Ces gens agissent aujourd'hui avec le force des désespérés parce qu'ils sont aujourd’hui perdus et qu’ils se sont coupés du pays", a encore lancé Noël Mamère.

La députée UMP Valérie Rosso-Debord, qui animera mardi après-midi la convention de son parti sur la laïcité, a cherché elle à se distancier des propos du ministre. "Nous ne sommes pas du tout dans cet état d'esprit. Il est hors de question pour nous de stigmatiser quiconque", a-t-elle déclaré au Jdd.fr. Elle a assuré que "la question du nombre de musulmans en France ne sera absolument pas abordée" lors des tables rondes. "Nous nous en tiendrons au programme que nous avons prévu", a insisté Valérie Rosso-Debord. Selon elle, son parti est dans une démarche "d'apaisement".

"Doubler Marine Le Pen"

Côté écologiste, Eva Joly s’est également indignée. Pour elle, les propos de Claude Guéant "confirment le pire", à savoir que "pour la présidentielle, la droite a décidé de mener une campagne islamophobe". Selon la candidate à l’investiture Europe-Ecologie pour 2012, "Nicolas Sarkozy semble décidé à doubler Madame Le Pen sur sa droite" en "surfant", avec "son principal porte-parole, Claude Guéant", "sur des thèmes sulfureux : identité nationale, chasse aux Roms, dénonciation de l'immigration non contrôlée et stigmatisation de l'islam", a fait valoir l’eurodéputée dans un communiqué.

De son côté, la présidente du Mouvement des jeunes socialistes, Laurianne Deniaud, est allée jusqu'à réclamer la démission de Claude Guéant. Pour elle, le ministre de l’Intérieur est coupable de "dérives frontistes", alors qu’il a tenu plusieurs propos sur l’immigration qui ont suscité, ces dernières semaines, des polémiques. "L'accroissement du nombre de ministres racistes pose problème", a conclu la présidente des MJS, parodiant la phrase de Claude Guéant.

L’association SOS Racisme a de son côté dénoncé des propos "terrifiants" et annoncé qu’elle étudiait "la possibilité d'une action en justice". En "tentant ainsi de justifier piteusement le débat sur la laïcité, le ministre de l'Intérieur a franchi aujourd'hui un cap indigne d'un représentant de la République", a ajouté l'organisation.