Christophe Castaner : "une responsabilité forte face au désengagement électoral"

  • A
  • A
Partagez sur :

Sur Europe 1, le porte-parole du gouvernement n'a pas crié victoire malgré la majorité absolue décrochée par La République en marche!, dimanche soir au second tour des législatives.

INTERVIEW

Le résultat est sans appel : La République en marche! a largement remporté les élections législatives, dimanche soir, en décrochant la majorité absolue à l'issue du second tour. "Les Français ont été cohérents", a réagi sur Europe 1 le porte-parole du gouvernement, Christophe Castaner.

"La victoire, elle sera dans cinq ans". Les résultats du parti d'Emmanuel Macron sont cependant moins élevés que ceux annoncés la semaine passée. "Cela montre que les Français ont une attente forte. Donc je ne crie pas victoire. Je pense que la victoire, elle sera dans cinq ans, quand nous aurons réussi à changer les choses, quand, concrètement, les femmes et les hommes qui aujourd'hui n'ont pas été voter, et ceux et celles qui ont voté pour La France insoumise, pour le Front national avec une forme de colère, auront envie d'aller voter. C'est notre obligation et c'est une responsabilité forte qui est la nôtre face à ce désengagement électoral", a souligné Christophe Castaner, par ailleurs réélu dans la 2e circonscription des Alpes-de-Haute-Provence. Selon les dernières estimations, l'abstention atteindrait en effet 57 à 58%, un record sous la Vème République

Entendu sur Europe 1
Nous ne fermons pas de portes (...). Au contraire, nous souhaitons en ouvrir

Appel aux nouveaux députés. Le porte-parole du gouvernement a également indiqué vouloir continuer à travailler avec le MoDem et avec François Bayrou lors du mandat à venir. "Mais nous aurons aussi besoin de femmes et d'hommes qui, ce soir, entrent à l'Assemblée nationale, viennent de partis comme Les Républicains et qui peuvent incarner à nos côtés le réformisme pro-européen dont on a besoin", a-t-il ajouté, avant de résumer : "nous ne fermons pas de portes, encore moins au MoDem. Au contraire, nous souhaitons en ouvrir."

Entendu sur Europe 1
Mon sentiment est qu'il n'y aura pas de bouleversement profond [au gouvernement]

"Le gouvernement peut être complété, adapté". Des portes qui pourraient d'ailleurs être ouvertes dès mardi. Car comme le veut la tradition, un remaniement ou un changement de gouvernement pourrait intervenir. "Mon sentiment est qu'il n'y aura pas de bouleversement profond. Le président de la République avait dit qu'il nommait Édouard Philippe pour construire dans la durée, pas seulement pour les quelques semaines qui nous séparaient de l'élection législative", a averti Christophe Castaner. "Le gouvernement peut être complété, adapté. Cela relève du Premier ministre et du président de la République, qui vont y travailler dans les heures qui viennent. Emmanuel Macron fait les choses dans l'ordre : il attendait d'avoir une majorité à l'Assemblée pour se préparer à cette réorganisation à la marge, à mon avis, si réorganisation il doit y avoir."