Christian Troadec candidat à la présidentielle 2017 ?

  • A
  • A
Christian Troadec candidat à la présidentielle 2017 ?
Le maire divers gauche de Carhaix, Christian Troadec, envisage sérieusement une candidature à la présidentielle de 2017.@ MaxPPP
Partagez sur :

Figure emblématique de la contestation bretonne, le maire de Carhaix est "tenté" par une candidature à l'élection présidentielle.

Christian Troadec, le maire DVG de Carhaix (Finistère) et figure emblématique des Bonnets rouges, est "tenté" par une candidature à la présidentielle de 2017, pour faire avancer la cause régionaliste, a-t-il assuré lundi, confirmant une information de Mediapart.

>> Lire son portrait : Troadec, ce Breton qui défie l'Elysée

"Ça me tente, je suis sérieux". "Oui, j'ai réfléchi, je peux être tenté à titre personnel", a-t-il déclaré, interrogé sur ses propos au site Mediapart publié dimanche dans lesquels il affirme: "La présidentielle, ça me tente. Je suis sérieux... Avoir une candidature régionaliste à la présidentielle de 2017 me semble quelque chose de pertinent", a expliqué le maire "fondamentalement régionaliste", avant d'ajouter : "Quel que soit le candidat et pas forcément un Breton".

"Un système qui tourne à vide". "Quand on voit aujourd'hui des régions et départements à forte identité dans l'Hexagone, je pense qu'il y aurait toute légitimité à essayer de briguer la présidentielle pour faire valoir nos idées", a-t-il insisté. "Il faut une grande réforme institutionnelle et administrative en France, on voit que ça ne fonctionne plus, c'est un système qui tourne à vide aujourd'hui, avec un Etat qui n'a plus un sous", a-t-il déploré, regrettant que la France soit "l'un des derniers Etats aussi centralisés en Europe".

Parler de la régionalisation à Paris. "En ce qui concerne la régionalisation, qui est sans doute le vrai atout pour l'avenir de l'Hexagone, il y a sans doute une opportunité extraordinaire que de pouvoir en parler sur le fond", dans le cadre d'une campagne présidentielle, a-t-il fait valoir, regrettant que la question soit abordée "dans les régions concernées, mais pas au niveau de Paris".