Chômage : pourquoi Hollande ne fera pas de commentaires

  • A
  • A
Chômage : pourquoi Hollande ne fera pas de commentaires
@ MaxPPP
Partagez sur :

L'INFO POLITIQUE - Les chiffres de novembre seront dévoilés jeudi à 18 heures. A charge pour le ministre du Travail de les commenter. 

L'info. Les chiffres du chômage de novembre seront dévoilés ce jeudi à 18 heures. Pour le président de la République, qui en a fait son totem, l'enjeu est très fort. Pourtant, François Hollande n'a pas prévu de s’exprimer. En effet, si son agenda, tel qu’il est prévu, est respecté, à 18 heures, il sera à la Lanterne, à Versailles, au repos.

28.11 Michel Sapin

Une mise en scène soigneusement réglée. C’est le ministre du Travail, Michel Sapin, qui est chargé de commenter les chiffres. Il le fera d'ailleurs sur Europe 1 vendredi matin à 8h20. Dans la foulée, Michel Sapin rejoindra le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, à Lorient dans un centre Pôle emploi pour illustrer le sujet. La mise en scène de cette séquence a été soigneusement réglée avec l’Elysée. Et pour cause : le mois dernier, François Hollande s’était emmêlé les pinceaux le jour de la publication des chiffres. Rappel : il avait fait une déclaration pessimiste alors que précisément les résultats étaient encourageants.

Cette fois, François Hollande restera en retrait. Il préserve sa parole pour les Vœux le soir du 31 décembre. Face à tous les Français, il redira alors, avec force, que l’inversion de la courbe du chômage est la priorité des priorités pour 2014. "C’est son truc, c’est son obsession, tout le reste passe après", confiait mercredi soir un de ses conseillers à Europe 1. A ce moment-là, François Hollande connaissait déjà les chiffres. Il sait.

"Stabilisation". A Matignon et au ministère du Travail où on sait aussi, le mot qui revient pour caractériser la tendance de novembre après celle d’octobre est : "stabilisation". Un élément de langage qui décrit un chômage qui a tendance à stagner, dont la hausse a été stoppée. Une sorte de palier. Et cela est déjà un acquis pour le gouvernement sur la route de l’inversion de la courbe du chômage. Une inversion presque logique si on reprend les chiffres de 2013.



L'inversion de la courbe du chômage, l...par Europe1fr

Au premier trimestre, il y a eu une moyenne de 30.000 chômeurs de plus par mois. Au deuxième : le chiffre est tombé à 18.000  Et au troisième trimestre, le rythme n'était plus que de 7.000 chômeurs mensuels. Si cette tendance se poursuit, au quatrième trimestre, il devrait bien y avoir une baisse des demandeurs d’emploi. Ce raisonnement statistique se vérifiera-t-il à 18 heures ?

francois hollande

© REUTERS

L’avenir de Hollande en jeu. Si c’est le cas, cela voudra dire que François Hollande est bien parti pour gagner son pari. Politiquement, c’est un beau coup pour commencer l’année. C'est même plus que ça encore : l'inversion de la courbe est un impératif.

La planche de salut de ce gouvernement qui a tout concentré sur ce pari. C’est au nom de ce pari que François Hollande a allégé la fiscalité des entreprises pour la transférer sur les ménages. C’est au nom de ce pari qu’il a obtenu un assouplissement du marché de l’emploi qui remet en cause notamment l’acquis des 35h.

Et c’est en promettant la baisse du chômage, qu’il a pu en échange faire avaler des sacrifices inédits aux contribuables. Bref, ce qui se joue en partie jeudi soir, François Hollande le sait mieux que quiconque. Il s'agit de sa crédibilité et donc son avenir politique à la tête du pays.

sur le même sujet

BILAN - 20.500 chômeurs de moins en octobre

PARI - Chômage : Hollande persiste malgré l’Inse

ANALYSE - Le casse-tête des vacances du Président