Chômage : Hollande face à l'échec des chiffres

  • A
  • A
Chômage : Hollande face à l'échec des chiffres
@ REUTERS
Partagez sur :

L'INFO POLITIQUE - Les mauvais chiffres de novembre annoncés jeudi compromettent l'objectif  d'inversion de la courbe avant la fin de l'année.

L'INFO. Froidement mais calmement. C'est ainsi que François Hollande, si l'on en croit ses plus proches collaborateurs, a encaissé la nouvelle des mauvais chiffres du chômage en novembre. Cette annonce vient torpiller l'objectif  d'inversion de la courbe du chômage avant la fin de l'année et apparait aujourd'hui comme un cadeau empoisonné. "Ce n'est pas de bol, on aurait préféré une bonne surprise", glisse un de ses collaborateurs.

21.06-palais.élysée

La théorie du "plateau" plutôt que l'échec. A l’Élysée, la déception est contenue. On tente de faire bonne figure. "Ça n'est pas la troisième guerre mondiale", tente se rassurer un conseiller auprès d'Europe 1.  Pas de guerre, juste une bonne douche froide. Il faut dire qu'après la baisse d'octobre, l'ambiance était plutôt à l'optimisme prudent à l’Élysée. Voilà pour le commentaire.

Mais très vite autour du président, du conseiller social et du  secrétaire général du gouvernement, il a fallu préparer la riposte : ce sont les fameux éléments de langage permettant de répondre à la violence des critiques. L'idée est donc ici de transformer un échec en petit incident de parcours. Cette fois le mot clef dans ce dossier est "plateau" et ce "depuis 3 mois," explique-t-on en "off" à Europe 1. "En moyenne, le chômage n'augmente plus. Il se stabilise. On est sur un plateau". Voici comment le président peut ainsi affirmer dans communiqué l'inversion de la courbe du chômage est bien amorcée.

Michel Sapin 23/10/2013

• De l'échelle mensuelle à trimestrielle. C'est en réalité un véritable tour de passe-passe dont le "truc" consiste à "changer de thermomètre", selon l'expression consacrée. En France, le chômage est mesuré mois après mois. Ainsi, si vous vous fiez à ce thermomètre, le chômage continue d'augmenter en novembre. Alors que fait Michel Sapin pour s'en sortir ? Le ministre du Travail change tout simplement d'échelle en utilisant le trimestre. C'est ainsi sur octobre, novembre, en attendant décembre, les chiffres baissent. Sauf qu'il ne s'agit pas de la promesse initiale : ce ne sont pas les fameux trois mois consécutifs de baisse que le ministre s'était lui-même fixé. Problème : c'est tout ce qui compte pour les Français.

• Une réalité qui pèse lourd.L'inversion de la courbe est l'obsession de François Hollande. Une baisse tendancielle du chômage viendra-t-elle à l'issue de ce "plateau" de trois mois ? La réponse viendra avec les chiffres, favorables ou non, de décembre. En attendant, le gouvernement a beau parler de trimestres, catégories et courbes, la réalité perçue et ressentie par les Français est brutale, concrète et évidente : il y a eu 17.800 chômeurs de plus en novembre. Ils ont bien entendu le président faire de sa promesse une question de crédibilité de la parole publique. Ainsi, mardi matin,  ils ont le sentiment qu'il a échoué. Et que la promesse n'a pas été tenue. Or, c'est cela qui pèse lourd politiquement.

sur le même sujet

DÉCRYPTAGE  - La courbe du chômage, une question de rhétorique

ÉDITO - Chômage : pourquoi Hollande ne fera pas de commentaires

PARI - Chômage : Hollande persiste malgré l’Insee