Chômage : Bertrand agace les syndicats

  • A
  • A
Chômage : Bertrand agace les syndicats
Xavier Bertrand avait proposé d'instaurer des "droits rechargeables" pour les chômeurs.
Partagez sur :

Le ministre du Travail avait proposé d'instaurer des "droits rechargeables", une proposition syndicale.

Les partenaires sociaux ont accueilli avec agacement la proposition de Xavier Bertrand d'instaurer des "droits rechargeables" pour les chômeurs. Le ministre du Travail a fait cette déclaration dimanche matin dans Le Grand rendez-vous Europe 1-Le Parisien-Aujourd'hui en France-i-Télé, estimant que cette piste - "une sorte de compte avec les droits d'indemnisations qui se cumulent, même si on reprend une activité de faible durée" -, proposée notamment par la CFDT, était la meilleure pour faire descendre le chômage sous les 9% d'ici la fin de l'année.

"Aujourd'hui, il faut quatre mois d'activité pour être indemnisé au chômage. Mais ceux qui reprennent un emploi pour deux mois perdent ensuite leur droit pour être indemnisé. La tentation peut alors être d'aller au bout de son chômage avant de reprendre un emploi", a expliqué Xavier Bertrand dimanche matin sur Europe 1. "Oui, c'est un changement en profondeur".

"Bas les pattes", dit la CFDT

"Bas les pattes", a répondu mardi Laurent Berger de la CFDT. "L'établissement des règles d'assurance chômage n'est pas de la responsabilité du gouvernement, mais des partenaires sociaux", a-t-il argué. "Qu'ils nous laissent travailler, qu'ils fassent des annonces sur des sujets qui sont de leur responsabilité", a-t-il ajouté.

"Cette question est de la compétence des partenaires sociaux et des gestionnaires de l'assurance chômage" et "doit être abordée dans le cadre d'un groupe de travail", a martelé aussi le Medef.

Un "rétropédalage" pour la CGT

Laurent Berger a estimé toutefois que les "droits rechargeables sont " une bonne mesure pour sécuriser les salariés dans leur parcours et pour inciter à reprendre un emploi". Jacques Voisin, de la CFTC, s'est dit "agréablement surpris" par la reprise d'une revendication de son syndicat par le ministre du Travail.

A la CGT, Mourad Rabhi doute de la sincérité de Xavier Bertrand. Il soupçonne le gouvernement d'"un comportement de complaisance avant la présidentielle" et de "faire du rétropédalage" pour "effacer la proposition Le Maire" en avançant une mesure "plus vendable  auprès de l'opinion". "L'intervention du ministre, alors qu'on vient de finir la négociation sur l'assurance chômage, est un peu en décalage", dit-il.

Les "droits rechargeables" sont une mesure avancée en 2009 par la CFTC et portée par la CFDT lors de la dernière négociation sur l'assurance chômage. Nécessitant un consensus, la mesure n'avait pas été retenue faute d'accord avec le Medef dans la nouvelle convention d'assurance chômage (juin 2011-fin 2013) signée fin mars.