"Chez nous, on est presque invincible", affirme Manuel Valls

  • A
  • A
"Chez nous, on est presque invincible", affirme Manuel Valls
@ BERTRAND GUAY / AFP
Partagez sur :

Le Premier ministre est confiant quant à la victoire des Bleus dimanche soir. 

Manuel Valls a exprimé dimanche sa confiance en une victoire des Bleus en finale de l'Euro contre le Portugal, relevant, après les succès à domicile de 1984 et 1998, que "chez nous, on est presque invincible". "Nous sommes favoris sur le papier, mais il faut respecter" le Portugal, a expliqué le Premier ministre sur France Info. "Il y aura forcément de la tension, avec l'envie de connaître le bonheur" d'une nouvelle victoire après les Euros 1984 et 2000 et la Coupe du monde 1998, a-t-il ajouté.

"Presque invincible". "Je me dis que jamais deux sans trois, chez nous on est presque invincible", a fait valoir Manuel Valls, même si, a-t-il souligné, "je crois que ça peut-être un match très difficile". "Il ne faut surtout pas sous-estimer les Portugais qui n'ont pas été très spectaculaires, parfois poussifs", mais se sont néanmoins qualifiés pour la finale. Manuel Valls a aussi souligné le succès, à ce stade, de l'organisation de cette compétition: "nous avons connu des inondations, un mouvement social avec des violences, ces violences que nous avons connues à Marseille (entre hooligans russes et anglais), la menace terroriste bien sûr", a rappelé le chef du gouvernement. "Il y a un exploit, un défi relevé par les forces de sécurité", a-t-il salué.

"Nous avons assuré la sécurité de cet Euro". "Je me permettrai de rappeler les commentaires juste avant sur l'équipe de France, sur (Karim) Benzema, sur (Olivier) Giroud, je rappelle qu'il y avait des responsables politiques qui incitaient à ce qu'on ferme les fan-zones", a enchaîné Manuel Valls. "Profitons de ce moment-là et espérons qu'il dure après". "Nous avons assuré la sécurité de cet Euro et avons donné une bonne image de la France", s'est réjoui le Premier ministre, rappelant aussi que la France avait organisé la conférence mondiale sur la climat (COP21) quelques jours après les attaques du 13 novembre 2015.