Chez Les Républicains, on prépare déjà une rentrée bien chargée

  • A
  • A
Chez Les Républicains, on prépare déjà une rentrée bien chargée
Daniel Fasquelle, Florence Portelli et Laurent Wauquiez sont les trois candidats pressentis à la présidence de LR.@ AFP
Partagez sur :

La campagne pour la présidence du parti se profile d'ores et déjà à l'horizon, avec une candidate déclarée et deux autres à venir.

La torpeur de la mi-août, propice au farniente, ne passera pas par Les Républicains. Au sein du parti de droite, les yeux sont déjà rivés sur la rentrée, qui s'annonce chargée avec la campagne pour la présidence de la formation politique.

Le contexte est difficile pour la droite qui, coup sur coup, a perdu la présidentielle pourtant présentée comme imperdable après le quinquennat socialiste, puis échoué à se positionner comme une véritable force d'opposition lors des législatives. Ces défaites ont révélé des fractures, notamment entre une droite dite "décomplexée" et une autre plus mesurée. Une première scission a eu lieu fin juin, lorsqu'une partie des nouveaux députés ont formé, avec l'UDI, un groupe de "constructifs", disposé à collaborer avec la majorité en marche. Plus encore qu'un leader, le congrès organisé les 10 et 17 décembre prochains, lors duquel sera élu(e) le (la) prochain(e) président(e) du parti, doit permettre de trouver une ligne politique.

Laurence Sailliet, seule candidate déclarée. D'ici là, chacun avance ses pions. Pour l'instant, une seule candidate est officiellement déclarée à la présidence de LR. Laurence Sailliet, membre du bureau politique depuis 2011, a annoncé début juillet qu'elle se lançait dans la course. Peu connue du grand public, cette nutritionniste de formation est une proche de Xavier Bertrand (lequel a déjà renoncé à briguer le poste). Et prône une "droite ouverte", européenne, loin du conservatisme soutenu par Sens Commun. Elle trouvera sur sa route au moins deux obstacles de taille : d'une part, son manque de notoriété, qui rendra plus difficile la recherche indispensable des 13 parrainages de parlementaires et 2.500 d'adhérents LR ; d'autre part, la présence de Laurent Wauquiez.

Laurent Wauquiez se prépare. Le président de la région Rhône-Alpes-Auvergne n'est pas encore officiellement candidat, mais sa présence ne fait aucun doute. Selon l'un de ses proches cité par le JDD, le représentant de la droite "décomplexée" devrait se lancer avant le 10 septembre, date à laquelle seront publiés les formulaires de parrainage. Avant cela, il aura fait sa rentrée en faisant un détour par Châteaurenard le 30 août, puis en gravissant le mont Mézenc, le 3 septembre.

Les fillonistes se retrouvent à La Baule. La vice-présidente LR de la région Île-de-France Florence Portelli, elle aussi, pourrait se porter candidate. "C'est une question que je me pose très sérieusement, de plus en plus", a-t-elle dit lundi matin sur France Inter. L'ancienne porte-parole de François Fillon a indiqué que "des comités de soutien se mettent en place spontanément dans le pays autour d'une éventuelle candidature". La rentrée des fillonistes aura lieu le 2 septembre, à La Baule. L'indéfectible Bruno Retailleau sera là, ainsi que Bernard Accoyer et Valérie Pécresse. Laquelle se rendra également, les 26 et 27 août, au Touquet pour le traditionnel rassemblement des Jeunes Républicains.

Daniel Fasquelle en embuscade. C'est lors de ce même campus que Daniel Fasquelle, actuel trésorier de LR, pourrait se rajouter à la liste des candidats. Celui qui a lancé, fin juillet, son mouvement "Sauvons la droite", appelle à la "refondation" de son parti. Si l'objectif est partagé par la quasi-intégralité des membres de la famille de droite, les moyens (et les personnalités) pour y parvenir, eux, divisent. Dans un parti réputé pour sa capacité à se rassembler derrière un chef, la pagaille menace.