Chérèque : "Former les salariés plutôt que les licencier"

  • A
  • A
Chérèque : "Former les salariés plutôt que les licencier"
Partagez sur :

Le secrétaire général de la CFDT est revenu sur Europe 1 sur l’actualité sociale de 2009 et a abordé les chantiers de 2010.

"Au moment où les salariés vivent encore de façon forte la crise, on parle de moins en moins du social", a regretté François Chérèque jeudi soir sur Europe 1. Le secrétaire général de la CFDT a ajouté que "même si l’économie redémarre lentement […], on voit qu’on supprime toujours des emplois, en particulier dans les petites et moyennes entreprises.

En 2010, "d’abord, il faut aider ceux qui sont en difficulté, en premier lieu les jeunes, le million de personnes qui vont être en fin de droits pour les allocations chômage en 2010 et les séniors", selon François Chérèque.

Il faut "former les salariés plutôt que les licencier". Le syndicaliste a défendu le chômage partiel qui a touché 350.000 Français en 2009. Il a permis, selon lui, de sauver des entreprises, "aux gens de pas être exclus de l’entreprise et qu’on améliore leurs qualifications pour qu’ils aient plus de chances demain".

François Chérèque redoute de nouveaux suicides au travail, en particulier dans le service public où la révision générale des politiques publiques (RGPP) "va amener des situations de souffrance qui peuvent malheureusement conduire à des situations dramatiques".

2009 a été marquée par un début de régularisation du capitalisme financier. "Il faut que les objectifs fixés aux dirigeants d’entreprise ne soient pas uniquement financiers mais aussi sociaux. Dans les objectifs sociaux, il y a les salaires et aussi le bien-être au travail", a martelé François Chérèque.

2010 sera l’année de la réforme des retraites. "Si le gouvernement se contente d’augmenter la durée de cotisation, ce sera une réforme injuste et qui ne règlera rien. […] On veut prendre en compte l’évolution du travail tout au long de carrière, l’arrivée sur le marché du travail des jeunes, le départ des seniors, la pénibilité du travail et l’espérance de vie", a-t-il prévenu.

> Retrouvez l'intégralité de l'interview