Chatel hérite du mistigri des suppressions de postes

  • A
  • A
Chatel hérite du mistigri des suppressions de postes
Partagez sur :

Xavier Darcos a remis mercredi les clefs du ministère de l'Education à Luc Chatel.

Nommé mardi au ministère du Travail et des Relations sociales, Xavier Darcos laisse sa place et les dossiers brûlants de l'Education à Luc Chatel, également porte-parole du gouvernement.

Aimant mener plusieurs chantiers de front au plan local, Luc Chatel récupère avec l'éducation nationale un paquebot qui a fait de nombreuses vagues au cours des derniers mois. Il devra tout d'abord gérer la suppression de 16.000 postes programmées pour 2010. Ecoutez les précisions de Noémie Schulz :



Décision annoncée mardi par le ministre sortant dansLes Echos. A l'échelle de l'éducation nationale, cela revient à imposer la règle du non remplacement d'un fonctionnaire sur deux.

Dès mercredi, les syndicats ont fait part de leur désaccord, appelant le nouveau ministre à les remettre en cause. "La saignée continue pour les postes administratifs" affaiblit "la capacité des services à répondre aux besoins des familles, des élèves et des personnels", estime par exemple la FSU, première fédération dans l'éducation nationale, dans un communiqué.

Autre chantier qui attend Luc Chatel : la réforme des lycées. Amorcée en juin 2008 par Xavier Darcos, elle a dû être repoussée d'un an et le premier dossier que le nouveau ministre trouvera sur son bureau sera le rapport établi par le directeur de Sciences-Po, Richard Descoings.

Il devra également gérer la question de la réforme des universités après le mouvement de contestation des enseignants-chercheurs qui a largement perturbé l'année universitaire.

> Première sortie pour Luc Chatel, et premières critiques

> La photo de famille du gouvernement Fillon IV