Ces "réseaux jeunes" qui gravitent autour de Sarkozy

  • A
  • A
Ces "réseaux jeunes" qui gravitent autour de Sarkozy
Nicolas Sarkozy lors de la remise du prix de l'appel du 18-Juin par "l'Union des jeunes pour le progrès" le 25 juin à l'Assemblée Nationale.@ MAXPPP
Partagez sur :

ENQUETE E1 - La "Sarkomania" fait rage à droite. Un nouveau vivier que l'ancien président encourage abondamment, en vue de son retour.

Des mois que l'on suppute sur ses intentions, que l'on murmure sur ses desseins, que l'on s'interroge sur sa stratégie. Mais cette fois, c'est une quasi-certitude, à en croire Le Figaro : Nicolas Sarkozy annoncera en septembre sa candidature à la présidence de l'UMP et à la présidentielle de 2017. Mais beaucoup, à droite, n'ont pas attendu ce moment pour s'organiser, et notamment parmi la jeune génération. Un mouvement que l'intéressé prend soin d'encourager, en attendant plus.

Les études d'opinion le montrent, il existe un engouement sarkozyste dans la jeunesse de droite. Selon un sondage Ifop pour Atlantico publié en juillet, 60% des sympathisants UMP plébiscitent Nicolas Sarkozy comme candidat à la présidentielle de 2017. Un taux qui grimpe à 70% chez les moins de 35 ans, qui montrent très peu d'enthousiasme pour les autres prétendants (le deuxième, Alain Juppé, plafonne à 10%).

tee shirts Sarkozy UMP Nice 1280

© REUTERS

Le retour d'une "Sarkomania", comme l'écrivait récemment Le Monde ? "Il suffit de naviguer sur les réseaux sociaux pour le constater", s'enthousiasme Isabelle Balkany, amie de l'ancien président. Sur Facebook et Twitter, les pages "Nicolas reviens" ou "Fidèles sarkozystes" pullulent. Jusqu'aux détournements vidéo les plus délirants, du type "Sarkozy Returns". Et le terme "Sarkomania" figure même dans certains dictionnaires en ligne

"On n'a connu que Sarkozy"

Comment expliquer cet engouement ? "On est une génération qui a adhéré à l'UMP entre 2007 et 2012. On n'a connu que Sarkozy", explique Antoine Sillani, responsable département des Jeunes UMP du Nord, qui a lancé en février l'association "Génération Sarkozy". Son but : "regrouper les jeunes sarkozystes au sein de l'UMP, de façon vraiment organisée", poursuit-il, revendiquant déjà une implication dans une cinquantaine de fédérations départementales. Et après ? "Nous voulons être les petites mains sur lesquelles il pourra compter. On est à sa disposition, on respectera ses choix quoi qu'il arrive".

berra-reuters-630420

© REUTERS

L'avantage de la "marque" Sarkozy, c'est qu'elle permet de mobiliser au-delà d'un parti miné par les affaires et la guerre des chefs. "Beaucoup ne sont pas attirés par l'UMP, mais par Nicolas Sarkozy", explique Antoine Sillani. Un argument que confirme Nora Berra (photo). Ancienne secrétaire d'Etat à la Santé sous le quinquennat Sarkozy, elle a lancé en juillet "Les jeunes avec Nicolas Sarkozy", une autre association de soutien. "Des jeunes viennent chez nous alors qu'ils ne sont d'aucun parti", affirme-t-elle. "De façon générale, la jeunesse est désillusionnée. Beaucoup de jeunes sont attirés par le Front national, et Nicolas Sarkozy a été le seul en mesure d'affaiblir l'extrême droite".

"Génération Sarkozy, c'est un slogan, mais ça correspond à une appétence et à une réalité", résume Isabelle Balkany. L'ancien président l'a bien compris, qui prend soin d'entretenir soigneusement cette flamme. Il a reçu dans ses bureaux la plupart des collectifs qui se sont créés en sa faveur, en témoignent les photos aussitôt mises en ligne par ses admirateurs.





Mais dans l'entourage de Nicolas Sarkozy, on se défend de tirer les ficelles d'une quelconque "offensive jeune". "Il n'a rien organisé ni suscité, mais depuis son retrait de la vie politique, de façon très spontanée, il y a eu une multiplication de ce type de soutiens", explique-t-on. "Cela le touche. C'est un affectif, lui aussi a été militant. Il répond à ces initiatives parce qu'il y est sensible".

Il invite de jeunes élus à déjeuner

L'ancien président fait toutefois plus que ça. Car au-delà des "fan clubs" de sarkozystes inconditionnels, c'est souvent lui qui prend les devants pour draguer les responsables politiques de la jeune génération. Au lendemain des élections municipales, il a appelé de nombreux maires UMP nouvellement élus. Et en mai dernier, il a invité à déjeuner une poignée d'édiles de moins de 30 ans. "Il m'a dit que je lui rappelais lui quand il était jeune", s'amuse Stéphane Sieczkowski-Samier, 22 ans et maire d'Hesdin, une commune du Pas-de-Calais. L'ancien président bichonne aussi d'éventuels relais au Parlement. En décembre dernier, il a reçu les Cadets Bourbon, un collectif de sept députés UMP trentenaires. Depuis, il a revu certains d'entre eux individuellement, notamment le député du Nord Gérald Darmanin.



"C'est souvent lui-même qui est demandeur", dit Julien Aubert, député UMP du Vaucluse et membre des Cadets Bourbon.  Pour lui, l'intérêt porté par l'ancien président à la jeune génération procède bel et bien d'une stratégie délibérée. "Le discrédit dont souffre la classe politique donne une prime à la nouveauté et à la jeunesse", décrypte-t-il. "C'est d'ailleurs une stratégie assez partagée chez les ténors de l'UMP : chacun veut être celui qui incarne le mieux le renouveau. Mais chez les jeunes, c'est bien Sarkozy qui a le plus de soutiens".

Prendre la température

L'ancien président consulte aussi les courants créés au sein de l'UMP depuis son échec à la présidentielle de 2012. La Boîte à idées, par exemple, un think tank réunissant des trentenaires qui veulent "rénover en profondeur l'UMP". "Nous l'avons vu à deux reprises, il suit avec beaucoup d'intérêt ce qu'on fait", explique Enguerrand Delannoy, l'un des fondateurs. Lui et plusieurs membres du collectif ont travaillé à l'élaboration du programme présidentiel de 2012, et la Boîte à idées s'appuie sur des anciens membres du cabinet élyséen de Nicolas Sarkozy. "Mais nous n'avons pas vocation à soutenir l'un ou l'autre candidat aux primaires, nous voulons travailler sur le fond", précise Enguerrand Delannoy. Parmi les parrains du think tank, on trouve d'ailleurs la plupart des ténors de l'UMP, d'Alain Juppé à Xavier Bertrand, en passant par Laurent Wauquiez et Bruno Le Maire.

Sarkozy portable telephone 2009 Reuters 1280

© REUTERS

>> LE LAB - Chronologie : les deux ans de "silence" de Nicolas Sarkozy

Autre courant en contact régulier avec Nicolas Sarkozy : Sens commun, un mouvement né dans la foulée de la Manif pour tous, dont les membres cherchent à peser au sein de l'UMP. La semaine dernière, au milieu d'une multitude de rendez-vous, Nicolas Sarkozy a déjeuné avec des responsables du mouvement. "On a beaucoup parlé de l'état de l'UMP", confie Madeleine Bazin de Jessey, porte-parole de Sens commun. Mais là encore, pas question de se transformer en écurie présidentielle : "pour l'instant, aucun candidat ne se détache à nos yeux. On n'est pas pieds et poings liés avec l'UMP, on ne soutiendra pas forcément son candidat quoi qu'il arrive".

Le nombre et la diversité de ces entrevues montrent que, loin de se cantonner à rencontrer ses admirateurs, Nicolas Sarkozy cherche à sonder au-delà. "C'est donnant-donnant. Il y a un souci de transmission de son expérience, mais ça l'intéresse aussi de voir comment cette jeunesse se positionne", argue son entourage. Une manière pour l'ex-président de prendre la température de la jeunesse de droite. Avant de replonger dans le grand bain.