Ces politiques qui ont pris du Mediator

  • A
  • A
Ces politiques qui ont pris du Mediator
@ MAXPPP
Partagez sur :

Maxime Gremetz et Michel Charasse ont admis avoir pris ce médicament au cœur du scandale.

Pendant les 33 ans de sa commercialisation, cinq millions de personnes ont pris pendant un temps plus ou moins long du Mediator. Parmi eux figurent quelques hommes politiques, qui ont consommé cet antidiabétique, souvent prescrit et détourné comme coupe-faim, et qui est accusé d’avoir causé la mort d’au moins 500 personnes. Pour l’heure, seuls deux d’entre eux ont reconnu avoir fait usage du Mediator : Michel Charasse et Maxime Gremetz, qui a annoncé son intention de porter plainte mercredi.

"Je désigne les coupables"

"J’ai arrêté d’en prendre en 2008, après en avoir pris pendant près de quinze ans", précise le député communiste, joint par Europe1.fr "On ne me l’a jamais prescrit comme un coupe-faim, mais à titre préventif, pour traiter de l’hypertension et du cholestérol", assure-t-il. "Je désigne les coupables : je dépose plainte contre les laboratoires Servier et leurs dirigeants, dont Jacques Servier lui-même qui, en toute connaissance de cause, ont continué, pour du fric, à jouer avec la santé des malades", s’emporte le député de la Somme.

Maxime Gremetz précise que sa démarche de porter plainte n’est pas personnelle. "Je ne réclame rien, zéro centime", assure l’élu. "Je veux juste encourager les gens, les associations, pour que toutes les responsabilités soient établies, que des sanctions soient prises et que les gens soient dédommagés. Et faire en sorte que cette affaire ne soit pas enterrée, comme beaucoup d’autres", conclut le député communiste, qui soutient par ailleurs ne pas "être inquiet pour sa santé, mais pour celle de beaucoup d’autres personnes".

Bertrand n’en a pas pris

Pas question de plainte en revanche pour Michel Charasse. "J’en ai pris pendant 12 ans, mais pour le moment, je ne me sens pas malade. Je vais me faire examiner dans quelques jours au Val-de-Grâce", a indiqué le membre du conseil constitutionnel sur LCP mardi soir. "On ne peut pas déposer une plainte si on n’est pas malade, simplement parce qu’on lu dans le journal ou qu’on a entendu dire qu’il y avait des gens qui s’étaient mal conduits." Et de conclure : "Et si la nouvelle que j’ai pris du Mediator fait plaisir à certains, je pense que je vais les décevoir pendant encore longtemps. En tous cas je l’espère.

Enfin, Xavier Bertrand a également été interrogé sur le sujet. Le ministre de la Santé a reconnu avoir "eu recours pendant des années à différents coupe-faim dont certains ont été interdits ou retirés du marché", prescrits par son ancien médecin. Mais pas du Mediator. Le médecin "que j'ai maintenant, quand je lui demande comment maigrir, il me dit ‘mange mieux et moins et fais du sport’", a-t-il indiqué.