Ces élus PS qui prônent une CSG progressive

  • A
  • A
Ces élus PS qui prônent une CSG progressive
@ MAX PPP
Partagez sur :

Des élus socialistes veulent rendre la CSG progressive pour redistribuer du pouvoir d'achat.

L'appel. La réforme fiscale, c’est maintenant ! C’est en substance le mot d’ordre d'élus de quatre sensibilités du PS qui réclament la mise en œuvre de la "grande réforme" promise par François Hollande pendant la campagne présidentielle.

Mardi matin, ces élus tiennent une conférence de presse à l’Assemblée nationale. Parmi eux : les courants "un Monde d'avance" et "Maintenant la gauche", de l'aile gauche du PS, ainsi que la "Gauche durable", animée par les Laurence Rossignol et Christian Paul, et la "Gauche populaire", collectif comprenant également des élus écologistes. Après huit législatives partielles qui ont témoigné d'un recul de l'électorat du PS, ils estiment qu’il est urgent d’envoyer un signal positif à l’électorat populaire. Ils proposent notamment de rendre la CSG progressive pour redistribuer du pouvoir d’achat.

"Le gouvernement ne peut pas rester sourd"."Nos électeurs attendent des mesures de justice sociale", notamment pour "le pouvoir d'achat des catégories modestes et populaires", souligne au micro d'Europe 1 la sénatrice Marie-Noëlle Lienemann qui fait partie de ces élus. "C'est sur la feuille de paie que se joue aussi une partie de notre crédibilité. Le gouvernement ne peut pas rester sourd à cette attente des Français. La gauche doit avoir une réponse [pour le] pouvoir d'achat."

Il y a quelques jours, le chef de file des députés socialistes Bruno Le Roux s'était également exprimé pour une "réforme fiscale", évoquant "l'horizon de l'automne 2015" : "nous avons remis de la justice en alignant la fiscalité du capital sur celle du travail et en rétablissant la progressivité de l'impôt. Il faut aller plus loin et préparer l'engagement de François Hollande d'une grande réforme fiscale, celle qui fusionne l'impôt sur le revenu et la CSG, avec le prélèvement à la source", avait-il déclaré.

30 euros de plus par mois pour un célibataire. Les élus proposent ainsi, dès 2014, que la CSG soit diminuée de deux points pour les Français dont le salaire est inférieur au salaire médian (1.441 euros en 2009) et augmentée progressivement pour ceux touchant un salaire supérieur. Concrètement, selon Marie-Noëlle Lienemann, cette proposition permettra d'augmenter d'environ 30 euros par mois le salaire net d'un célibataire payé au Smic. Un couple marié, avec deux enfants à charge et également rémunéré au Smic gagnerait, quant à lui, 76 euros par mois.

"Cette proposition est raisonnable puisque c'est une réforme sociale qui n'accroît pas les impôts mais qui a un effet de justice sociale et économique", assure Marie-Noëlle Lienemann.