Ces défilés qui en disent beaucoup sur le FN

  • A
  • A
Ces défilés qui en disent beaucoup sur le FN
@ BERTRAND LANGLOIS / AFP
Partagez sur :

EN IMAGES - Depuis 28 ans, le FN défile le 1er mai en l’honneur de Jeanne d’Arc. Des défilés et autant de moments d’histoire du clan Le Pen. 

Le 28e défilé du 1er mai du Front national ne sera certainement pas le plus simple à gérer. Si Marine Le Pen devrait en profiter pour prononcer un discours "musclé", axé sur l’islamisme en France, l’immigration et le chômage, elle devra aussi composer avec la violente brouille familiale qui l’oppose à son père depuis plusieurs semaines.

>> A l’occasion du défilé du 1er mai du FN, Europe 1 vous présente les cinq rassemblements qui ont marqué l’histoire du parti frontiste :

1988, la première. Entre 1979 et 1987, le Front national défile le 8 mai aux côtés d’autres formations politiques royalistes, nationalistes-révolutionnaires et pétainistes. Mais le bon score de Jean-Marie Le Pen à la présidentielle de 1988 (il recueille alors 14,38% des suffrages, ndlr) va changer la donne. Le patriarche conserve l’hommage à la pucelle d’Orléans mais l’avance au 1er mai. Dans le jardin des Tuileries, Le Pen prononce son discours d’entre-deux-tours. "Je ne peux pas choisir entre le pire et le mal", déclare-t-il à propos des deux finalistes de l’élection, François Mitterrand et Jacques Chirac.

Le-Pen-1988

© Jean-Marie Le Pen avec sa fille Yann (sur sa gauche) et sa femme Jany. (AFP)

1995, le drame Brahim Bouarram*. En marge du défilé de 1995, un drame se produit. Des skinheads insultent tout le monde sur leur passage. En arrivant à proximité du pont du Carrousel, les "crânes rasés" croisent Brahim Bouarram, un Marocain de 30 ans. Un homme le jette dans la Seine. Brahim ne sait pas nager et meurt noyé. Quelques heures après le drame, Jean-Marie Le Pen veut éviter au FN d’être mêlé à cette affaire. "Il n’y a pas de skinhead au Front national", assène-t-il. 

Le-Pen-1995

© Juste derrière (à droite) Jean-Marie Le Pen, on peut apercevoir un certain Bruno Mégret. (PASCAL PAVANI / AFP)

1999, année de la scission. Après des élections régionales où certains élus frontistes rallient la droite, le parti implose. Sous l’impulsion de leur chef, Bruno Mégret, de nombreux cadres du FN choisissent de quitter Jean-Marie Le Pen pour fonder un nouveau parti (le MNR, ndlr). Dans les rangs des sécessionnistes, une centaine de conseillers régionaux fraîchement élus, 60 secrétaires fédéraux et… l’une des trois filles du fondateur du FN, Marie-Caroline. Forcément, la scission se ressent lors du traditionnel défilé du 1er mai. Le cortège est décimé. Sur scène, le patriarche n’a toujours pas digéré la trahison du "félon" Mégret. En fin de défilé il déposera une gerbe de fleurs devant la statue de Jeanne d'Arc avec l'un des petits-fils du Général De Gaulle, Charles. 

Le-Pen-1999

© Le Pen : "Charles de Gaulle est le symbole de notre volonté de rassembler tous les Français" (AFP).

2002, Jean-Marie au sommet. En recueillant 16,86% des suffrages exprimés, Jean-Marie Le Pen est qualifié pour le second tour de l’élection présidentielle (où il perdra très largement contre Jacques Chirac, ndlr). Si près de 500.000 personnes défilent ce 1er mai contre le Front national, la place de l’Opéra où se tient le rassemblement du FN, elle aussi, est pleine. Près de 10.000 sympathisants en liesse, des militants qui hurlent "on est en finale", des drapeaux tricolores un peu partout… Bref, le jour de gloire pour le FN.

FN-2002-anti-et-pro

© A gauche : les rassemblement anti Le Pen. A droite : le triomphe de Jean-Marie. (AFP)

2011, la passation. Quatre mois plus tôt (le 16 janvier, ndlr), Marine Le Pen est élue présidente du Front national au Congrès de Tours. La "fille de" l’emporte avec 67,65% des suffrages face à Bruno Gollnisch. Pour son premier défilé en tant que patronne, Marine Le Pen imprime son discours anti-européen et anti-système. Sur scène, la famille Le Pen est rassemblée et donne des accolades très souriantes aux photographes. Un lointain souvenir…

Le-Pen-2011

© Jean-Marie et Marine rassemblés et souriants en 2011 (BERTRAND LANGLOIS / AFP)

* Bonus : Jean-Marie Le Pen avec Marine et Marion, sa petite-fille (à partir de 0'45) :



>> LIRE AUSSI - FN : Jean-Marie Le Pen présent au défilé du 1er mai

>> LIRE AUSSI - Marine Le Pen ne veut pas exclure son père du FN

>> LIRE AUSSI - FN : Marion Maréchal-Le Pen, la véritable héritière ?