"Certainement" un million de personnes à la marche de dimanche

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le député François Lamy, chargé de l'organisation de la "marche républicaine" de dimanche pour le PS, était l'invité politique de Jean-Pierre Elkabbach, vendredi sur Europe 1.

Le député François Lamy, organisateur pour le PS du rassemblement prévu dimanche à Paris en hommage aux victimes de l'attentat meurtrier contre Charlie Hebdo, attend "plusieurs centaines de milliers de personnes" à cette "marche républicaine". Il y aura même "certainement" au moins un million de personnes, a-t-il assuré vendredi sur Europe 1.

"C'est une marche silencieuse, ça a été souhaité par tout le monde", a ajouté François Lamy. "Ceux qui ouvriront la marche sont les journalistes, certainement une partie de ce qui reste malheureusement de l'équipe de Charlie Hebdo. Il y aura le portrait des douze qui sont morts sous les balles des assassins".

>> DOSSIER SPÉCIAL - Les dernières infos sur l'attentat de Charlie Hebdo

Pourquoi Le Pen n'a pas été conviée. Mais l'union nationale est-elle une réalité, alors que le Front national estime avoir été exclu de la manifestation fait polémique dans la classe politique ? "On n'a pas invité la personne qui, après ce qu'a fait Mohamed Merah,  déclarait : 'combien de Mohamed Merah dans les bateaux, les avions qui chaque jour arrivent en France remplis d'immigrés'", a déclaré François Lamy. Mais pour lui, "tous ceux qui sont pour le rassemblement des Français, qui sont contre la stigmatisation de telle ou telle communauté, tous ceux qui veulent une France qui est ouverte, qui permet la liberté d'expression, qui a un message vers le monde, tous ceux-là viendront à la la manifestation assez naturellement".

"On n'a pas décrété qui viendrait ou qui ne viendrait pas à cette marche silencieuse", a encore insisté l'ancien ministre de la Ville. "On a simplement décidé, associations, partis politiques républicains et organisations syndicales, d'appeler ensemble, et pas séparément, à cette marche silencieuse nos adhérents, nos sympathisants et nos électeurs".

>> LIRE AUSSI - Le FN a-t-il sa place dans la marche républicaine de dimanche ?

>> L'intégralité de l'interview :