Center Parcs de Roybon : "un projet du passé"

  • A
  • A
Partagez sur :

INTERVIEW E1 - Le sénateur écologiste Jean-Vincent Placé est satisfait de la décision de la justice de suspendre le chantier.

L’INFO. La construction du Center Parcs de Roybon, en Isère, prendra plus de temps que prévu. La justice a en effet donné en partie raison aux associations qui s'opposent à ce projet : le tribunal administratif de Grenoble a suspendu mardi une partie des autorisations préfectorales, en pointant une incompatibilité avec la Loi sur l'eau. Une décision de justice qui a ravi Jean-Vincent Placé, sénateur écologiste invité mercredi matin d’Europe 1.

>> LIRE AUSSI - La justice suspend le chantier du Center Parcs de Roybon

"C’est du mauvais capitalisme". "Ce dont je me réjouis, c’est que ce projet ait du plomb dans l’aile. Ce n’est pas un bon projet, il est nuisible à l’environnement, à la nature. Et au-delà la question environnementale, il y a le sujet du modèle économique. Ce n’est pas un investisseur privé. C’est un modèle de défiscalisation massive que l’on propose aux futurs propriétaires des bungalows. Ensuite, Pierre et Vacances loue directement. C’est du mauvais capitalisme", a-t-il déclaré.

>> LIRE AUSSI - Vers un nouveau Sivens en Isère ?

"Faire la promotion d’un autre tourisme". Interrogé sur les 700 emplois qui seraient créés sur le site, Jean-Vincent Placé demande "comment ils sont financés ? Certains camarades écologistes ont estimé à 250.000 euros l’emploi. Moi, je suis arrivé à 150.000, mais quand même ! Vous vous rendez compte ? C’est vraiment le modèle économique du passé, un projet du passé. Avec autant d’argent, autant faire la promotion d’un autre tourisme, plus intelligent et plus respectueux de l’environnement."

>> LIRE AUSSI - Joué-lès-Tours, Dijon, Nantes : quelles différences ?

"Des forces de l’ordre sur le terrain, cela rassure". Interrogé ensuite sur le renforcement du plan Vigipirate annoncé mardi par Manuel Valls suite aux tristes évènements qui se sont enchaîné, l’écolo juge que "la concomitance choque. Cela fait deux ou trois jours qu’il y a une préoccupation. Donc qu’il y ait des forces de l’ordre sur le terrain, je suis content, cela rassure. C’est une bonne réponse".

>> L'intégralité de l'entretien en vidéo :



Jean-Vincent Placé : "développer l’offre...par Europe1fr