Ceccaldi-Raynaud à la tête de l’EPAD

  • A
  • A
Ceccaldi-Raynaud à la tête de l’EPAD
Partagez sur :

La députée-maire UMP de Puteaux a été désignée vendredi, deux mois après la polémique autour de Jean Sarkozy.

La députée-maire UMP de Puteaux, dans les Hauts-de-Seine, Joëlle Ceccaldi-Raynaud a été élue vendredi présidente de l'Etablissement public d'aménagement de la Défense, poste auquel Jean Sarkozy avait renoncé fin octobre.

Joëlle Ceccaldi-Raynaud, 58 ans, succède à à Patrick Devedjian, ministre de la Relance et actuel président UMP du conseil général des Hauts-de-Seine, qui était atteint par la limite d'âge.

La députée-maire UMP de Puteaux a recueilli les voix de 14 des 18 administrateurs de l'Epad, le maire PCF de Nanterre Patrick Jarry, seul autre candidat déclaré, en obtenant quatre. Patrick Jarry a fait le plein des voix à gauche, Joëlle Ceccaldi-Raynaud réunissant sur son nom toutes celles des élus de droite (trois en plus de la sienne), du membre de la chambre de commerce et d'industrie de Paris, ainsi que des neuf représentants de l'Etat.

Ces neuf fonctionnaires ont donc bien pris part au vote, alors que, mercredi soir sur Europe 1, le secrétaire d'Etat chargé du Logement, Benoist Apparu, qui dispose de la tutelle de l'EPAD, assurait qu'il était coutume qu'ils s'abstiennent : " Oui, je vais donner des consignes de vote aux neuf représentants de l’Etat. Et cette consigne sera probablement, je dis bien probablement, l’abstention, parce que nous avons toujours considéré à l’EPAD, que c’était aux élus de décider qui présidait l’EPAD", avait-il-déclaré.

Le fils cadet du chef de l'Etat Jean Sarkozy, 23 ans, élu récemment administrateur, avait annoncé en octobre qu'il comptait briguer la présidence de l'Epad, mais y avait renoncé après plus de deux semaines de polémique où les accusations de népotisme avaient fusé.

Un des neuf représentants de l'Etat a décroché vendredi la première vice-présidence de l'Etablissement public, tandis que Patrick Jarry, qui s'oppose a l'extension du quartier d'affaires sur sa commune, a obtenu un autre poste de vice-président.

L'Epad a déjà été géré par un Ceccaldi-Raynaud, Charles, ancien maire de Puteaux, et père de l'actuelle. Il avait présidé l'établissement de 1987 à 1989 puis entre 1993 et 1998.