Ce que révèlent les derniers sondages

  • A
  • A
Ce que révèlent les derniers sondages
Le PS et ses alliés devraient disposer de la majorité absolue à l'Assemblée nationale.
Partagez sur :

LEGISLATIVES - Quel score pour Royal ? Quelle majorité pour la gauche ? Europe1.fr fait le point.

La fin du suspense approche pour les candidats à la députation. Quelque 40 millions d'électeurs français sont appelés aux urnes dimanche pour le second tour des législatives, afin d'élire les 541(36 ont déjà été élus) députés qui siègeront sur les bancs de la nouvelle Assemblée nationale. Un scrutin marqué par de multiples questions. Les socialistes auront-ils la majorité absolue ? Y aura-t-il une Le Pen dans l'Hémicycle ? François Bayrou devra-t-il faire une croix sur le Palais Bourbon ? Passage en revue des derniers sondages.

# Vers une vague rose

L'Assemblée nationale

© MAXPPP

Les choses se présentent bien pour la gauche. Le PS et ses alliés devraient disposer de la majorité absolue (289 sièges, nldr) à l'Assemblée nationale, avec un nombre de sièges compris entre 300 et 330, selon une projection TNS-Sofres diffusée vendredi. La majorité absolue est de 289 sièges. Dans le détail "gauche", le PS, le PRG et les divers gauche obtiendraient de 300 à 330 sièges, tandis qu'Europe Ecologie-Les Verts peut espérer 14 à 18 députés. Le seuil de 15 élus nécessaire pour obtenir un groupe à l'Assemblée semble donc à portée de main. Cette hypothèse s'éloigne en revanche pour le Front de gauche , qui devrait obtenir entre 10 et 12 sièges.

A droite, l'UMP et ses alliés Nouveau centre, PR et DVD obtiendraient entre 210 et 240 sièges. L'UMP et les "divers droite" totaliseraient de 192 à 226 sièges. 14 à 18 députés du Nouveau centre sont susceptibles de figurer dans la nouvelle Assemblée. Le Parti radical (PR) de Jean-Louis Borloo obtiendrait, lui, 4 à 6 sièges.  

Pour eux, il s'agit surtout de ne pas faire "Fanny". Le MoDem est crédité de 0 à 2 sièges et le Front National de 0 à 3. Il devrait y avoir 2 ou 3 députés divers.

A noter qu'une enquête Ifop publiée vendredi donne elle aussi une majorité absolue au PS et à ses alliés, qui sans Europe Ecologie-Les Verts (entre 13 et 20 sièges ) et le Front de gauche (8 à10 sièges) disposeraient de 297 à 332 sièges. A droite, l'UMP et ses alliés en remporteraient de 210 à 277.

# A La Rochelle, Royal risque de boire la tasse

Ségolène Royal, dimanche soir, à La Rochelle

© MAXPPP

Ça sent le roussi pour l'ex-candidate à la présidentielle. D'après un sondage BVA pour le Parisien et Aujourd'hui en France publié vendredi, Ségolène Royal serait battue dimanche dans la 1ère circonscription de La Rochelle. La présidente de la région Poitou-Charentes obtiendrait 45% des intentions de vote contre 55% à Olivier Falorni, candidat dissident du PS.

Léger motif de satisfaction, Ségolène Royal est en progression de 3 points par rapport à un précédent sondage de I'Ifop. Réalisé avant et après le tweet de soutien de Valérie Trierweiler à son adversaire, il créditait la socialiste de 42% des voix contre 58% à Olivier Falorni.

# Le bout du tunnel pour NKM ?

14.06NKM-Maxppp930620

© Maxppp

Elle est l'une des huit personnalités sur la "liste noire" du Front national. La députée sortante UMP Nathalie Kosciusko-Morizet a cependant de bonnes chances de crier victoire dimanche soir. Dans la 4e circonscription de l'Essonne, l'ex-ministre l'emporterait (51,5%) sur son rival socialiste Olivier Thomas (48,5%), selon un sondage  Ifop diffusé jeudi.    

En dépit de l'appel lancé par Marine Le Pen à faire battre Nathalie Kosciusko-Morizet, les électeurs de la frontiste Brigitte Dupin (11,4%), se reporteraient majoritairement sur la député-maire de Longjumeau au second tour. 53% d'entre eux voteraient en effet pour cette dernière, contre 18% qui se tourneraient vers Olivier Thomas. "Le duel s'avère néanmoins très serré entre les deux protagonistes", souligne toutefois l'Ifop. La marge d'erreur est de 1,8 à 4,1 points, en fonction du pourcentage trouvé.

# François Bayrou joue son va-tout

bayrou 930

© Max PPP

Lui joue son avenir politique, dans une partie difficile. Le patron du MoDem, arrivé dimanche derrière la candidate PS dans sa circonscription béarnaise, affrontera également un candidat UMP dans une triangulaire.

C'est le pire des scénarios pour le patron du MoDem, dont l'avenir sur les bancs de l'Assemblée nationale semble de plus en plus compromis. Dans le dernier sondage Ifop, le leader centriste recueillerait dans son fief 33% des suffrages, contre 43% pour la socialiste  Nathalie Chabanne et 24% pour Eric Saubatte, le candidat UMP.

# La petite-fille Le Pen a une carte à jouer

 

marion marechal, marion le pen, reuters 930620

© REUTERS

Elle pourrait bien créer la surprise. Selon une enquête BVA pour Vaucluse Matin et Le Dauphiné publiée vendredi, Marion Maréchal-Le Pen (FN) est en tête dans la triangulaire. La nièce de Marine et petite-fille de Jean-Marie Le Pen obtiendrait 36,5% des voix, contre 34,5% pour le candidat UMP et 29% pour la socialiste, dans la 3e circonscription du Vaucluse. Mais le député sortant UMP Jean-Michel Ferrand peut encore l'emporter. La marge d'erreur statistique (2,5 points) et un gain de 2 à 3 points à droite qu'il peut encore réaliser dans les dernières 48 heures suffiraient à mettre les adversaires à égalité.

"Marion Maréchal-Le Pen a très peu de réserves de voix et ne bonifierait que de 2 points son score de premier tour pour atteindre 36,5% au second", souligne Gaël Sliman, directeur de BVA Opinion.

>> A lire aussi :  Marion, une Le Pen version light ?