Ce qu'il restera du gouvernement Ayrault

  • A
  • A
Ce qu'il restera du gouvernement Ayrault
@ REUTERS
Partagez sur :

L'HERITAGE- Mariage gay, chômage record...que retenir des deux ans du gouvernement Ayrault ?

En poste un an et dix mois à Matignon, Jean-Marc Ayrault aura manqué de peu la longévité moyenne d'un Premier ministre sous la Ve République, qui est d'un peu plus de deux ans. Un vrai chemin de croix pour l'ex-maire de Nantes. Mais au-delà des gaffes et des polémiques, quel héritage le gouvernement Ayrault laisse-t-il derrière lui ? On fait les comptes.

jean marc ayrault manuel valls

• ECONOMIE

> Le redressement budgétaire. Le déficit public est passé de 5,3% du PIB en 2011 à 4,8% en 2012 puis 4,3% en 2013. La promesse de passer sous le seuil de 3% en 2015 est éludée, l'accent étant mis désormais sur les 50 milliards d'euros d'économies dans les dépenses publiques d'ici 2017.

> La compétitivité. On retiendra la mise en place du Crédit d'impôt compétitivité et emploi (Cice), dispositif à 20 milliards d'euros pour les entreprises.

> La réindustrialisation. En septembre, le gouvernement a lancé 34 plans de "reconquête industrielle". Le ministère du Redressement productif connaît des résultats contrastés, avec par exemple l'arrêt des hauts fourneaux de Florange mais aussi des entreprises ayant évité le pire comme Mory Ducros. La promesse de François Hollande de légiférer sur la reprise des sites rentables, dite loi Florange, a buté sur une censure partielle du Conseil constitutionnel. Les députés PS devraient y revenir. 

> Logement. La loi "Duflot" prévoit notamment un encadrement des loyers.

• EMPLOI

 > La boîte à outils : Le gouvernement Ayrault a joué sur plusieurs leviers : les emplois d'avenir, des réformes structurelles (sécurisation de l'emploi, formation professionnelle et dialogue social) et le contrat de génération.

06.03.Bandeau.Pole.emploi.chomage.e1default.930.220

> Le bilan en matière de chômage : C'est le point noir de ce gouvernement. L'inversion promise de la courbe du chômage a échoué, selon les chiffres de Pôle emploi. Le pays compte 420.000 demandeurs d'emploi sans activité de plus qu'en mai 2012 avec un record de 3,34 millions en février

• SECURITE

> La lutte anti-délinquance. 80 zones de sécurité prioritaires (ZSP) ont été créées. Par ailleurs, le gouvernement a mis en place 500 postes de policiers et de gendarmes, tous les ans sur le quinquennat.

> L'instauration du matricule. Controversé, ce dernier est obligatoire sur l'uniforme des forces de l'ordre (mais pas de récépissé de contrôle d'identité pour lutter contre les contrôles au faciès).

• SOCIAL

> Les retraites. la réforme allonge progressivement la durée de cotisation pour une retraite à taux plein et crée un compte pénibilité. Le gouvernement a évité la contestation sociale, en s'assurant le soutien de la CFDT. Un décret, pris au début du quinquennat, permet de partir à 60 ans si l'on a commencé sa vie active avant 20 ans et dispose des annuités requises.

> Le 3e plan cancer (2014-2019). Annoncé en février et doté de 1,5 milliard d'euros, il mise sur les dépistages, la prévention et la lutte contre le tabac.

> Le plan pauvreté. Ce plan quinquennal lancé début 2013 s'est notamment traduit par une revalorisation du RSA socle (revenu minimum pour personnes sans ressources).

> IVG et contraception.  L'interruption volontaire de grossesse est désormais remboursée à 100% et la pilule contraceptive gratuite pour les jeunes filles de 15 à 18 ans.

mariage gay pretexte e1default 930620

> Le mariage gay. Adopté le 23 avril 2013 après des débats houleux et une forte mobilisation des opposants. Les premiers mariés gay se disent "oui" le 29 mai à Montpellier.

> L'égalité hommes-femmes. Le projet de loi, en examen au Parlement, réforme notamment le congé parental pour inciter les pères à le prendre et prévoit des mesures de protection pour les femmes victimes de violences, complétées par un plan triennal.

• L'ECOLE

> Les effectifs.  La loi sur l'école, qui décrète la priorité au primaire et programme 60.000 créations de postes dont 54.000 dans l'Education nationale (les autres dans le supérieur et l'enseignement agricole) sur le quinquennat.

Manuels scolaires programmes scolaires

> Les rythmes scolaires. Parfois contestée, cette réforme marque le retour à la semaine de 4,5 jours en primaire. Elle doit s'appliquer partout à la rentrée 2014.

 • CULTURE

> L'exception culturelle. Paris a obtenu l'exclusion de l'audiovisuel du mandat des négociations commerciales entre l'UE et les Etats-Unis.

> L'indépendance des médias. Le CSA a retrouvé son pouvoir de nomination des patrons de l'audiovisuel, que Nicolas Sarkozy avait attribué à l'Elysée.

> Hadopi. La coupure d'accès à internet en cas de téléchargement illégal a été supprimée.

> Le livre. Le gouvernement a décidé d'un retour à un taux réduit de TVA à 5,5% (passé à 7% sous Sarkozy) et plan d'aide aux librairies indépendantes.

• ENERGIE

> Les polluants. Une hausse progressive des taxes sur les produits énergétiques les plus polluants a été votée.

> Les tarifs. Les tarifs sociaux de l'électricité et du gaz ont été étendus à environ 4 millions de foyers et une trêve hivernale mise en place pour les coupures.

• VIE PUBLIQUE

Le cumul des mandats. L''interdiction de cumuler un mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale sera effective à partir de 2017.

La transparence. Elaborée après le scandale Cahuzac, une loi oblige les principaux responsables publics à déclarer leur patrimoine.

ayrault et cahuzac

© Reuters

La décentralisation. Huit métropoles dotées de pouvoirs étendus ont été créées (Toulouse, Lille, Bordeaux, Nantes, Strasbourg, Rennes, Rouen, Grenoble) ainsi que trois autres ayant chacune un statut particulier (Paris, Lyon, Marseille).

• INTERNATIONAL

> Les crises iranienne et syrienne.  la France s'est voulue en pointe sur des crises internationales (Syrie, nucléaire iranien). Mais si Paris a pu imposer sa voix dans les négociations avec l'Iran, la reculade américaine sur des frappes contre Damas a douché les ardeurs françaises.

> Les conflits militaires. Dès son arrivée, Hollande décide d'accélérer le retrait des troupes françaises d'Afghanistan. En janvier 2013, la France déclenche l'opération Serval au Mali (environ 1.600 soldats) et en décembre l'opération Sangaris en Centrafrique (2.000 soldats)

> La défense. La Loi de programmation militaire (2014-2019) prévoit près de 34.000 suppressions de postes dans les armées.

 
sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460_scalewidth_460

PORTRAIT - Manuel Valls, un ambitieux à Matignon

ESSENTIEL - Ayrault s'en va, Valls arrive

BILAN - Ayrault, le chemin de croix à Matignon

REVUE DE PRESSE - Le remaniement vu de l'étranger