Ce moment où, à l'Elysée, on applaudit la victoire de Macron

  • A
  • A
Ce moment où, à l'Elysée, on applaudit la victoire de Macron
@ PAUL DEFOSSEUX, IRIS DE VERICOURT, PAZ PIZARRO / AFP
Partagez sur :

Le président sortant François Hollande, les ministres, secrétaires d'Etat et proches collaborateurs, étaient réuni à l'Elysée au moment où la victoire d'Emmanuel Macron a été annoncée à 20h, dimanche.

Réuni presque au grand complet dans le jardin d'hiver de l'Elysée autour de François Hollande, le gouvernement a "applaudi chaleureusement" dimanche soir la victoire d'Emmanuel Macron lorsque son visage est apparu à 20h sur les écrans de télévision, a-t-on appris auprès de l'Elysée.

Le président sortant, de retour de Tulle (Corrèze) où il avait voté dans la matinée, est descendu de son bureau, au premier étage du palais présidentiel pour rejoindre, ministres, secrétaires d'Etat et proches collaborateurs.

Il avait attendu les résultats entouré du Premier ministre Bernard Cazeneuve, de Jean-Marc Ayrault (Affaires étrangères), Matthias Fekl (Intérieur), Michel Sapin (Economie), Myriam El Khomri (Travail), Stéphane Le Foll (Agriculture), Audrey Azoulay (Culture) ou Marisol Touraine (Affaires sociales).

Etait également présente sa garde rapprochée, Jean-Pierre Jouyet, secrétaire général de l'Elysée, Jean-Pierre Hugues, directeur de cabinet, Constance Rivière, sa conseillère pour la Culture et Gaspard Gantzer, son conseiller communication. Nombre de membres du gouvernement devaient quitter immédiatement l'Elysée pour commenter les résultats sur les plateaux de télévision.

Le résultatEmmanuel Macron a été élu dimanche président de la République en battant largement la candidate d'extrême droite Marine Le Pen, lors d'un second tour marqué par une forte abstention. Emmanuel Macron a obtenu entre 65 et 66,1% des voix face à Marine Le Pen (33,9% à 35%), selon les premières estimations disponibles dimanche soir. Le second tour a été marqué par la plus forte abstention depuis 1969, qui devrait selon les sondeurs dépasser les 25%. Contrairement à 2002 où la présence du Front national avait mobilisé, la participation recule nettement par rapport au 1er tour (22,23%).