Castaner : "Reculer, partir, fuir Londres [...] serait donner raison aux terroristes"

  • A
  • A
Partagez sur :

Le porte-parole du gouvernement invite lundi les Français d'Angleterre à la plus grande prudence, mais les enjoint surtout de continuer à "vivre en démocratie".

INTERVIEW

Un Français a été tué à coup de couteau lors de l'attentat perpétré samedi soir à Londres, et sept autres blessés. "Il y a deux types de Français touchés par cet attentat. Celui qui est décédé vivait là-bas. Parmi les blessés, au moins deux personnes étaient des touristes, les autres sont des personnes qui étaient installées à Londres", détaille Christophe Castaner au micro d'Europe 1.

Un Français disparu. Concernant le Français porté disparu à l'issue de cette attaque, le responsable précise : "Il y a effectivement une personne disparue dont on pense qu’elle aurait pu sauter dans la Tamise, mais pour l’instant, nous n'avons pas retrouvé ni son corps ni aucun signe de vie. Il y a lieu d'être inquiet".

"Ne jamais céder aux terroristes". Si le ministre appelle les Français en déplacement ou établis à l'étranger à la plus grande prudence, il les invite aussi à ne pas céder à la peur, ce qui serait, selon lui, une forme victoire pour les terroristes. "Mon appel est celui de la vigilance, mais il faut soutenir les Londoniens, ne jamais céder aux terroristes", déclare-t-il. "Reculer, partir, fuir Londres aujourd'hui, ou renoncer à un déplacement à Londres aujourd'hui, ce serait donner raison aux terroristes".

"Les terroristes n'aiment pas notre démocratie, ils l’attaquent sans cesse. La réponse, c’est au contraire de vivre en démocratie, d'aller voter jeudi pour le Royaume-Uni aux élections [législatives, ndlr]. Je le dis aussi à nos ressortissants étrangers qui ont voté hier aux législatives [françaises, ndlr]. Notre plus belle réponse, notre arme, c’est notre bulletin de vote. Il faut l'utiliser. Là encore, à l'étranger des moyens de sécurité particuliers ont été mis en place par les autorités des pays où se déroulent les opérations de vote", a déclaré Christophe Castaner.