Cantonales : le FN confirme sa percée

  • A
  • A
Cantonales : le FN confirme sa percée
@ Maxppp
Partagez sur :

RESULTATS - Le parti de Marine Le Pen a deux élus et est crédité de 11,73% des voix au niveau national.

Le FN, qui s’était maintenu dans quelque 400 cantons au premier tour, a confirmé sa place de 3e force politique au second tour des cantonales dimanche. Au niveau national, le FN recueille 11,63% des voix, selon les dernières estimations du ministère de l’Intérieur. Et dans les cantons où il s’est maintenu, le FN a progressé en voix.

Mais cette percée ne se traduit pas en nombre d’élus. Le parti de Marine Le Pen, qui n’avait aucun conseiller général, a remporté deux cantons : celui de Carpentras-Nord, dans le Vaucluse, et Brignoles, dans le Var.

A Carpentras, une victoire "extrêmement symbolique"

A Carpentras, c’est le frontiste Patrick Bassot qui, avec 54,34% des voix, coiffe au poteau le socialiste sortant Michel Bayet (45,66%).Le candidat FN n'y croyait pas lui-même, après trente ans de militantisme et trois défaites à Carpentras. D'autant que ses adversaires au conseil municipal, où il siège, le surnomment "l'inconnu" en raison de son manque d'assiduité.

Mais pour Patrick Bassot, cette victoire est un "grand symbole" dans un ville où "on a tellement fait mal au FN : nous étions des lépreux". Une victoire saluée comme "extrêmement symbolique" par Marine Le Pen, sur Europe 1. Sur BFM, Jean-Marie Le Pen a eu les mêmes mots pour qualifier la prise du canton, évoquant lui aussi l'affaire de la profanation d'un cimetière juif en 1990, qui avait déclenché une grande manifestation anti-raciste à Paris.

A Brignoles, le candidat FN Jean-Paul Dispard est élu de justesse (50,03%), à cinq voix d’écart, devant le conseiller général communiste sortant Claude Gilardo (49,97%).

Progression en deçà des espérances dans le Nord

Malgré ses bons résultats, le FN est encore loin de la "vague bleu marine" qu’il n’a cessé d’appeler de ses vœux. Il échoue dans des cantons où il avait placé beaucoup d’espoir, comme à Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, où le secrétaire général du parti Steeve Briois a été battu avec 45% des suffrages, et à Perpignan-9 où concourait Louis Aliot, "M. Marine Le Pen".

"Même si Jean-Marie Picque a été réélu ce soir, les vainqueurs aujourd'hui c'est nous", a pourtant réagi Steeve Briois dimanche soir. Malgré une progression moins forte qu'espérée, le FN se consolide dans cette région qui devient un bastion frontiste. "On progresse, on progresse, petit à petit on va y arriver", a renchéri un militant présent dans la salle.

Marine Le Pen s’est ainsi félicitée d'"une très forte augmentation des voix FN entre les tours, quelle que soit la configuration", avant d'y voir "un vote d'adhésion". De son côté, le président d’honneur du FN Jean-Marie Le Pen a même considéré que l’abstention avait été "réduite" grâce à son parti, estimant que les électeurs qui boudaient les urnes "condamnaient les partis en place".