Cantonales : le film de la soirée

  • A
  • A
Cantonales : le film de la soirée
@ MAXPPP
Partagez sur :

Revivez avec Europe1.fr le second tour des élections cantonales.

Forte abstention, large victoire de la gauche, poussée du Front national... Une chose est sûre, ces élections cantonales marqueront les esprits. Surtout à l'UMP. Selon les derniers chiffres du ministère de l'Intérieur, la gauche obtient 49,9% des voix, la majorité 35,87% et le FN 11,56%. Quant à la participation, elle s'établit à "moins de 46%", soit "la plus faible jamais enregistrée" pour ce type de scrutin à rappelé le ministre de l'Intérieur Claude Guéant. Enfin, le FN enregistre deux victoires symboliques. Le parti de Marine Le Pen remporte le canton de Carpentras-nord dans le Vaucluse face au PS et Brignoles où Jean-Paul Dispard bat le maire communiste de seulement 5 voix.

00h15. La Seine-Saint-Denis persiste et signe. Ce département a le moins voté au deuxième tour des élections cantonales, avec un taux d'abstention de 64,74%. Il avait déjà été celui qui avait le moins voté au premier tour, 67,30%.

00h10. "Un camouflet" pour la majorité dit Huchon. "Les Franciliens ont adressé un camouflet aux principales figures de la majorité gouvernementale", a affirmé Jean-Paul Huchon dans un communiqué. "Plus que jamais, dans un contexte de malaise démocratique et de souffrance sociale, la gauche doit construire l'union en évitant toute forme de division et répondre concrètement aux difficultés vécues par nos concitoyens", a indiqué le président socialiste de la région Ile-de-France.

00h00. Le canton de la Pomme échappe au FN. Le conseiller général socialiste sortant, René Olmeta l'a emporté avec 52,50% des voix, contre 47,50% à Christiane Bonnegent, ancienne UMP passée au FN, dans ce canton populaire détenu par les socialistes depuis 1992. Au 1er tour, marqué par une forte abstention, la gauche dépassait au total à peine les 40%, mettant M. Olmeta (23,82%) en grand danger face à Mme Bonnegent (33,88%).

23h50. "J'ai survécu!" souligne Patrick Devedjian. Réélu avec 51,22% des suffrages dans son canton de Bourg-la-Reine, le président UMP sortant du conseil général des Hauts-de-Seine. "Il y avait tellement de gens pour mon enterrement que j'ai décidé de ne pas m'y rendre", a-t-il plaisanté.

23h45. Le MoDem est satisfait. "On avait 12 conseillers généraux avant ces cantonales, nous en avons ce soir 32", s'est félicité auprès de l'AFP un représentant du MoDem.

23h40. La démarche de Borloo "confirmée" selon Hénart. "La logique de Jean-Louis Borloo de constituer une force politique nouvelle se trouve confirmée par la séquence des cantonales", a expliqué le secrétaire général du Parti radical, Laurent Hénart. "C'est la confirmation d'un message qui avait déjà été envoyé aux régionales par les électeurs et qui se caractérise par une montée de l'abstention et du vote extrême", a-t-il précisé, en constatant qu'à l'époque, l'exécutif avait déjà évoqué la nécessité d'engager "une nouvelle étape du quinquennat".

23h35. Marseille-La Capelette reste socialiste. Le Parti socialiste a conservé dimanche le canton de Marseille-La Capelette, un des deux cantons de la cité phocéenne où il était très menacé par la poussée du Front national, a-t-on appris auprès de la préfecture. La candidate sortante Janine Ecochard, une des figures du PS local, a obtenu 52% des voix contre 48% pour le candidat du FN, Laurent Comas.

23h30. Le PS perd la majorité absolue dans le Nord. Le PS a perdu six des 44 cantons qu'il détenait parmi les 79 qui composent le département, deux au profit du Parti communiste et quatre au profit de l'UMP, un résultat qui s'apparente à un "rééquilibrage" après une vague exceptionnelle en 2004, pour différents politologues. En voix, les socialistes ont également perdu la majorité absolue, passant de 50,09% en 2004 à 46,11%. Pour autant, le PS reste de très loin la première force politique du département avec 38 cantons, contre 14 pour le PCF et 10 UMP

23h20. Le socialiste Michel Pezet réélu à Marseille-Saint-Just. L'ancien président de la région Paca reste à la tête du canton.

23h10. "Il était content". Dominique Strauss-Kahn, patron du FMI, a téléphoné dimanche à la première secrétaire du PS, Martine Aubry. "C'est lui qui m'a appelée pour savoir où on en était", a dit à quelques journalistes la patronne du PS, dans son bureau au siège du PS. Et alors? "Il était content", a-t-elle commenté.

23h05. Une certaine "stabilité politique" selon Guéant.Le ministre de l'Intérieur, Claude Guéant, a évoqué une "certaine stabilité des équilibres politiques" avec la gauche à 49,9%, la majorité à 35,87% et le FN à 11,56%, alors que "peu de cantons" changent de couleur: 386 sur 2.026. La participation à "moins de 46%", était "la plus faible jamais enregistrée" pour ce type de scrutin a-t-il précisé. "La participation ne marque pas le sursaut espéré", a déclaré Claude Guéant lors d'une allocution télévisée. "Elle se situe à moins de 46%, la plus faible jamais enregistrée pour des élections cantonales". "C'est "neuf points de moins que pour le scrutin de 2008, où on avait dépassé 55%", a souligné le ministre.

23h02. "La vague rose annoncée n'a absolument pas constitué un raz-de-marée" estime Jean-Claude Gaudin. Le maire de Marseille et président du groupe UMP au Sénat, Jean-Claude Gaudin, a appelé la majorité à "entendre le vote protestataire qui s'est porté sur les candidats du Front national" lors des élections cantonales. "Il est du devoir de la majorité d'entendre le vote protestataire qui s'est porté sur les candidats du Front national", estime Jean-Claude Gaudin dans un communiqué. "Au soir de ces cantonales, les sénateurs UMP auront à coeur de se rassembler autour du président de la République pour poursuivre les nécessaires réformes dont notre pays a besoin", ajoute le sénateur. Tout en soulignant "un contexte difficile", le maire de Marseille juge que "la vague rose annoncée n'a absolument pas constitué un raz-de-marée".

23h00. La vague rose. Selon une totalisation nationale partielle en voix au 2d tour des élections cantonales 2011 établie à 22h30 par le Ministère de l'Intérieur, le parti socialiste arrive en tête avec 35,71% des suffrages, suivi par l'UMP à 20,16%, le FN à 11,73%. Le PCF obtient 4,9% des voix, EELV 2,6%.

22h57. Guérini quittera la tête de la fédération du PS s'il est réélu. Le président sortant du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini (PS), a annoncé qu'il quitterait la tête de la fédération socialiste départementale s'il était réélu à la tête du département.

22h55. "Situation alarmante à un an de la présidentielle" dit Valls. Le député-maire socialiste d'Evry, a relevé une "situation alarmante" à un an de la présidentielle. "L'abstention record cumulée à la percée du Front national ont révélé de manière criante le profond malaise démocratique qui règne dans notre pays aujourd'hui: de nouvelles digues ont sauté", a estimé Manuel Valls dans un communiqué. Le candidat aux primaires PS pour 2012 a appelé à "tirer les leçons de ces élections cantonales", déclarant que "les socialistes ont le devoir, la responsabilité, aujourd’hui plus que jamais, de porter un discours responsable avec des solutions concrètes".

22h50. Jean-Christophe Fromantin élu. Le divers droite, Jean-Christophe Fromentin,maire de Neuilly-sur-Seine, a été élu au 2ème tour Neuilly-sur-Seine-Nord dans les Hauts-de-Seine.

22h45. Estrosi parle d'"échec".Christian Estrosi, député-maire UMP de Nice, a affirmé que l'UMP avait "subi un échec", lors des cantonales, et "le déni serait la pire des attitudes". "L'UMP a ce soir subi un échec. Je le dis avec tristesse, comme tous les militants. La direction nationale de notre parti n'a pas réussi à inverser la tendance", a-t-il affirmé. Selon l'ancien ministre, "dans la défaite, le déni serait la pire des attitudes. Cette défaite n'est pas une question de détails ou de réglage. Elle pose une question de ligne et de stratégie. Il faut analyser les causes de ce revers et un plan d'urgence pour organiser la reconquête".

22h43. Un "sérieux avertissement" reconnaît Apparu. "On a tous reçu un sérieux avertissement", a estimé dimanche sur Europe 1 le secrétaire d'Etat au logement. "Ce sont les abstentionnistes et les extrémistes qui l’emportent", a conclu Benoist Apparu.

22h40. Gérard Larcher affiche sa "sérénité". Le président UMP du Sénat s'est redit "serein" quant à une victoire de la majorité au Sénat en septembre, après un second tour des cantonales sans "la poussée socialiste attendue". Gérard Larcher a également relativisé le succès frontiste : "les élus Front national restent marginaux, il y en a 2 ou 3 au plus", a-t-il déclaré. "Au fond le drame, c'est la victoire de l'abstention qui est une forme de dire qu'on n'adhère pas plus au projet de la majorité que du PS", a-t-il ajouté.

22h35. Patrick Devedjian réélu. Patrick Devedjian, président sortant du Conseil général des Hauts-de-Seine, a été réélu à Bourg-la-Reine, dans les Hauts-de-Seine, lors du second tour des élections cantonales dimanche. "Nous nous sommes parfois livrés à des querelles un peu subalternes, qui ne sont pas du niveau qu'on attend de nous". L'union de la droite est "indispensable" autour de "Nicolas Sarkozy qui, pour ce pays, a fait des réformes exceptionnelles, indispensables", a poursuivi l'ancien ministre de la Relance. "Même s'il devait y avoir encore des mésententes, je ferai tout pour que notre camp soit rassemblé", pour que "Nicolas Sarkozy puisse continuer sa politique de réforme, sans laquelle notre pays ne pourra pas tenir sa place dans la mondialisation", a-t-il insisté.

22h30. "Deux perdants, Sarkozy et Le Pen" pour Jean-Christophe Cambadélis. Le secrétaire national du PS à l'international, a affirmé qu'il y avait "deux perdants" aux élections cantonales, "la stratégie de Nicolas Sarkozy et Marine Le Pen", dimanche sur BFM. "Nous restons dans un rapport gauche-droite", a-t-il conclu.

22h25. Incertitude dans la Loire. La gauche et la droite sont au coude-à-coude dans la Loire avec respectivement 18 et 16 conseillers généraux, mais l'opposition devra négocier avec les six conseillers non-inscrits pour ravir ce département acquis à la droite depuis l'après-guerre. En mauvaise posture après la premier tour, la gauche a créé la surprise en faisant basculer deux cantons sans en perdre un seul. Mais faute de majorité absolue, elle devra compter jeudi avec les voix des indépendants.

22h22. Le Var remporté par l'UMP. 10 des 21 cantons en jeu dans le Var échoient à l'UMP, 5 à des candidats divers droite, 3 au PS, et un, celui de Brignoles, au FN. Le nouveau conseil général est donc composé de : 7 PS, 3 DVG, 24 UMP, 8 DVD, 1 FN.

22h20.Le FN est "démagogue" estime Claude Goasguen. Le député UMP de Paris a rappelé que "le FN n'est pas un parti de droite". Sous la houlette de Marine Le Pen, le parti d'extrême droite a "moins d'aspérité, est plus lisse" que lorsqu'il était dirigé par son père, "ce qui le rend plus difficile à combattre", a estimé le député. En réalité, il fonctionne "dans la négation, dans la démagogie et l'on ne s'allie pas avec des démagogues", a-t-il expliqué en réponse à ceux qui à l'UMP envisagent un rapprochement "à l'italienne" entre la droite et l'extrême droite.

22h15. Le PS perd le Val-d'Oise. Jusque là détenu par la gauche, le département a basculé à droite selon des responsables UMP et PS. Selon Jérôme Chartier, député du Val-d'Oise et président départemental de l'UMP jusqu'en janvier, le basculement s'est joué "à un ou deux sièges".

22h12. Le Finistère remporté par le PS. 20 des 25 cantons en jeu ont été remportés par le PS, 3 par des candidats divers gauche, un par un divers droite, et un autre par l'UMP. Le nouveau conseil général est donc composé de : 37 PS, 3 DVG, 8 UMP, 6 DVD.

22h10. Un "message de désamour". Le député PS Arnaud Montebourg a estimé que "l’abstention massive" au second tour des cantonales était "un sérieux message d'incroyance et de désamour à l'encontre des partis de gouvernement ou aspirant à le redevenir". Dans la perspective de 2012, le candidat aux primaires socialistes estime "qu'il conviendra de combattre en apportant des réponses nouvelles aux classes populaires à qui les dirigeants européens font injustement payer la crise".

22h05. La "victoire symbolique à Carpentras". La présidente du Front national, Marine Le Pen, a salué dimanche sur Europe 1 la victoire d'un candidat du FN aux cantonales à Carpentras dans le Vaucluse, "une victoire" jugée "extrêmement symbolique". Le 10 mai 1990, 34 tombes profanées avaient été découvertes dans le cimetière juif de Carpentras. Le corps d'un homme récemment décédé avait été déterré. Cette découverte avait ému le pays, avec notamment une grande manifestation contre le racisme et l'antisémitisme à Paris à laquelle avait participé le président de la République, François Mitterrand.

22h00. L'Aisne à gauche. Six des 15 cantons en jeu ont échu au PS, 2 à des candidats divers gauche, un au PRG, deux à l'UMP et 3 à des candidats divers droite. le nouveau conseil général est donc composé de : 5 PCF, 16 PS, 1 PRG, 6 DVG, 8 UMP, 6 DVD.

21h55.Des "résultats encourageants" pour Cavada. Dans un communiqué, Jean-Marie Cavada, vice-président et porte-parole du Nouveau Centre, se réjouit de "résultats encourageants", "au moment où la famille centriste a décidé de se rassembler pour proposer aux Français son projet pour le pays". Jean-Marie Cavada s'est plus félicité du fait que François Sauvadet, président du Conseil général de Côte d’Or et Maurice Leroy, président du Conseil général de Loir-et-Cher, "confortent leur majorité".

21h50. Il faut "mettre les bouchées doubles" dit Le Maire.Le ministre de l’Agriculturea estimé dimanche sur Europe 1 que "la première urgence était de répondre aux questions des Français sur le terrain". "Nous devons mettre les bouchées doubles dans les 12 mois à venir pour apporter des résultats concrets aux Français", a ajouté celui qui est chargé de préparer le projet de l’UMP en vue de 2012.

21h47. Huit des 16 cantons du Cher au PS. Pour le reste, deux ont échu à des candidats divers droite, 4 au PCF, un à l'UMP, et un autre à un candidat divers gauche. Le nouveau conseil général est donc composé de : 8 PCF, 12 PS, 2 DVG, 9 UMP, 4 DVD.

21h45. Isabelle Balkany battue. La candidate UMP, proche de Sarkozy, est défaite dans le canton de Levallois-sud dans les Hauts-de-Seine par le candidat divers droite Arnaud de Courson, selon des sources à l'UMP.

21h40."Ne pas extrapoler les résultats" prévient Jacob.Le patron des députés UMP Christian Jacob a estimé sur Europe 1 "qu'extrapoler des résultats de cantonales par rapport à une présidentielle n'avait aucun sens". Les premières estimations donnent le PS à 35,05%, l’'UMP à 18,89% et le FN à 10,01% sur la base d’un décompte partiel du ministère de l’Intérieur.

21h38. La Saône-et-Loire aux couleurs de la rose. Le PS a gagné 11 des 18 cantons renouvelables, l'UMP 3, et trois cantons sont remportés par des candidats divers gauche. le nouveau conseil général est donc composé de : 1 PCF, 31 PS, 1 PRG, 6 DVG, 1 AC, 9 UMP, 7 DVD, 1 MPF.

21h35. Une "jonction idéologique UMP-FN" dénonce François Rebsamen. "Je note une poussée en nombre de départements de la gauche, mais aussi dans bien des endroits une jonction idéologique entre l'UMP et le FN, qui ne fait pas forcément les affaires de l'UMP ni de la République", a souligné le sénateur-maire PS de Dijon. "Des départements importants pour les prochaines sénatoriales sont gagnés, la poussée de la gauche en gain de départements se poursuit, si l'égalité électorale était respectée la gauche devrait être majoritaire en septembre prochain au Sénat", a-t-il ajouté.

21h33. Le Territoire de Belfort à gauche. Lors du second tour des élections cantonales dimanche, 3 des huit cantons en jeu ont échu au PS, deux à l'UMP, un au Modem, un au MRC, un à EELV. Le nouveau conseil général est donc composé de : 1 EELV, 6 PS, 2 MRC, 1 DVG, 1 MoDem, 4 UMP.

21h30. "Des digues ont tenu" souligne Dray. Le député socialiste de l’Essonne Julien Dray s’est félicité dimanche sur Europe 1 que "des digues aient tenu à droite comme à gauche" pour ce second tour des cantonales. "Une majorité de nos concitoyens considèrent que le FN n’est pas un parti comme les autres" s’est réjoui Julien Dray. Les premières estimations donnent le PS à 35,05%, l’'UMP à 18,89% et le FN à 10,01% sur la base d’un décompte partiel du ministère de l’Intérieur.

21h29. Buffet salue la "mobilisation des abstentionnistes". La députée PCF de Seine-Saint-Denis Marie-Georges Buffet s'est félicité dimanche sur Europe 1 d'"une mobilisation des abstentionnistes" au second tour des élections cantonales.

21h27. Une "sanction considérable" pour Sarkozy. Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts, a estimé dimanche que le résultat des cantonales était une "sanction considérable (de) la politique désastreuse" menée selon elle par Nicolas Sarkozy et le gouvernement.

21h25. Un deuxième canton FN. Le candidat du FN Jean-Paul Dispard a été élu dimanche dans le canton de Brignoles dans le Var face au conseiller général communiste sortant Claude Gilardo, avec 50,03% des suffrages contre 49,97%, soit un écart de 5 voix, selon la préfecture du Var.

21h23. L'abstention, "premier parti" selon Royal. Ségolène Royal a déclaré qu'il fallait "avoir le courage de reconnaître que le premier parti de ces élections cantonales, c’est l’abstention", dimanche au soir du second tour du scrutin.

21h22. La Haute-Marne à droite. Lors du second tour des élections cantonales dimanche, quatre des 13 cantons en jeu ont échu à l'UMP, 4 à des candidats divers droite, deux au PS, un au PCF et un à un candidat divers gauche. le nouveau conseil général est donc composé de : 2 PCF, 4 PS, 3 DVG, 1 MoDem, 9 UMP, 13 DVD.

21h20. Le PS a recueilli 36,2% des voix. Le parti de Martine Aubry devance l'UMP (18,6%), tandis que le Front national en a récoltées 11,1%, selon les estimations du ministère de l'Intérieur à partir de résultats partiels.

21h17. Jean-Marie Le Pen salue le "symbole" Carpentras.Invité deBFM, Jean-Marie Le Pen a qualifié de "très bien" la victoire d'un siège. "Nous en avons eu un particulièrement symbolique, puisqu'il a été élu à Carpentras, ville dans laquelle nous avait été tendue une embuscade particulièrement ignoble". L'ancien chef de file du Front national faisait référence aux évènements du 10 mai 1990 où 34 tombes profanées avaient été découvertes dans le cimetière juif de Carpentras. Le FN avait alors été accusé d'être indirectement responsable de ces profanations. "C'est quand même l'échec considérable de l'UMP et du PS", a ajouté Jean-Marie Le Pen. "L'abstention est la condamnation des partis en place. Grâce au Front national, celle-ci a été réduite" a-t-il conclu.

21h15. Gremetz battu. Dans le canton d'Amiens-est, dans la Somme, le candidat divers gauche Maxime Gremetz a été battu au 2d tour des élections cantonales dimanche.

21h11. La candidate FN, Annie Lemahieu, largement battue. Privée par FO de son mandat de déléguée syndicale du Nord/Pas-de-Calais pour le personnel civil des armées, parce qu'elle était candidate du FN aux cantonales dans le Nord, Annie Lemahieu a été largement battue au second tour par le candidat UMP. Dans le canton de Cysoing, Luc Monnet a obtenu 72,43% des suffrages, contre 27,57% pour Annie Lemahieu.

21h07. Un autre candidat que Sarkozy en 2012 ?"Pure folie" dit François Baroin.François Baroin, porte-parole du gouvernement, a affirmé dimanche que "ce serait une pure folie d'avoir un autre candidat" que Nicolas Sarkozy à l'élection présidentielle de 2012. Sur France 2, le ministre du Budget a qualifié de "décevants" les résultats du second tour des cantonales et estimé qu'il ne fallait pas "sous-estimer les messages" adressés au gouvernement.

21h05. "Des sensibilités à l'UMP" dit Valérie Pécresse. "A l'UMP, on a la diversité des idées inscrites dans nos gênes" a assuré dimanche sur Europe 1 la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Valérie Pécresse, après la cacophonie au sein de l'UMP sur la stratégie à adopter face au FN, après le premier tour des cantonales. Comme d’autres personnalités de la majorité, la ministre s’était démarquée de la ligne officielle du parti, "ni Front national, ni front républicain" avec la gauche et avait indiqué sur Europe 1. "Si je me retrouve dans une situation avec un canton où il y a un candidat du FN face à un candidat de gauche modérée, je prends mes responsabilités et je fais battre le candidat du FN", avait déclaré la semaine dernière Valérie Pécresse sur Europe 1.

21h00. L'Aveyron reste à droite. Cinq des neuf cantons aveyronnais en jeu ont échu à des candidats Divers droite, trois à des candidats PS et un à un candidat radical. Le nouveau conseil général est donc composé de : 1 FG, 12 PS, 2 PRG, 5 DVG, 3 UMP, 23 DVD.

20h58. Le Gers balayé par la vague PS. Le PS a été élu dans cinq des huit cantons en jeu, le Parti radical de gauche (PRG) dans deux, et le huitième canton est gagné par un candidat divers droite. Le nouveau conseil général est composé de : 2 PCF, 22 PS, 2 PRG, 4 UMP, 1 DVD.

20h55.Une "réelle percée" des écologistes pour Placé. "Nous avons réussi une réelle percée" et "nous avons doublé nos voix", s'est félicité Jean-Vincent Placé, chargé des relations extérieures à EELV. "Nous devons faire en sorte que nous ayons une alternative pour 2012 qui (...) intègre des nouvelles politiques, notamment, écologistes", a-t-il ajouté. "Nous sommes dans 90 cantons, pour la première fois, je pense que les électeurs, à gauche, pensent que l'écologie est une nouvelle alternative", a-t-il conclu.

20h50. L'UMP perd Mayotte. Le président sortant du conseil général, l'UMP Ahamed Attoumani Douchina a été réélu dans son canton de Kani Keli, mais deux de ses vice-présidents M'Hamadi Abdou (NC) et Hadadi Andjilani (UMP) ont mordu la poussière à Bandraboua et à Ouangani. L'UMP ne compte plus officiellement que six élus sur 19, dont deux pourraient rejoindre une nouvelle majorité.

20h45. Une "récompense" pour Hollande."Quand on prend un engagement il faut essayer de faire qu'il ne vous coûte pas trop cher et qu'il vous rapporte, et là c'est le cas. J'avais dit que c'était une élection très importante pour moi, en avoir la récompense aujourd'hui me permet d'aller plus loin", a ajouté François Hollande. "C'était la condition pour que je puisse me présenter aux primaires lorsque j'en aurai décidé", a-t-il ajouté.

20h43. La Corrèze reste au gauche. La gauche partait avec 19 sièges contre 18 à la droite. Elle se retrouve dimanche soir avec 20 sièges contre 17, grâce au gain de La Roche-Canillac et d'Eygurande, et malgré la perte dimanche dernier d'Ussel-Ouest.

20h45."L'UMP a du boulot" dit Rachida Dati. L’ancienne garde des Sceaux Rachida Dati a insisté dimanche sur Europe 1 sur l'indifférence des Français aux cantonales alors que les premières estimations penchent pour une abstention record de 56%. La maire du 7e arrondissement de Paris et députée européenne a également estimé que "l'UMP avait du boulot". "On a plutôt intérêt à retourner sur le terrain, à aller écouter un peu plus les Français" a lancé Rachida Dati.Les premières estimations donnent le PS à 35,05%, l’'UMP à 18,89% et le FN à 10,01% sur la base d’un décompte partiel du ministère de l’Intérieur.

20h44. "Un vote d'adhésion" pour le Front national.La présidente du Front national (FN) Marine Le Pen a affirmé dimanche que "la recomposition de la vie politique française" était "en cours". "Nous enregistrons que ce soit face à l'UMP ou au PS des montées exceptionnelles entre le premier et le deuxième tour", a-t-elle déclaré, jugeant "très symbolique" que le FN ait un premier élu à Carpentras. "C'est bien un vote d'adhésion dont il s'agit puisque nous enregistrons des hausses de 10-15%-17% entre le premier et le second tour, malgré les appels à voter les uns pour les autres de l'UMP et du PS", a-t-elle dit.

20h40. Petite déception pour Jean-François Copé. Le secrétaire général de l'UMP, a affirmé dimanche sur France 2 que la majorité était "un petit peu déçue" mais que le PS était "très loin" des résultats qu'il escomptait aux élections cantonales.

20h38. "Monsieur Marine Le Pen" battu. Le numéro 2 du FN, Louis Aliot, a été battu dimanche dans le canton de Perpignan-9 par une candidate socialiste, Toussainte Calabrèse, alors qu'il représentait un des meilleurs espoirs d'élection de son parti.

20h35. Le Jura bascule à gauche. Le Jura, détenu par la droite au bénéfice de l'âge, bascule à gauche à l'issue des élections cantonales dimanche, selon les résultats de la préfecture.

20h30.Les Français ont "ouvert la porte du changement" selon Aubry. "Notre responsabilité est immense et je vais mettre toute mon énergie à rassembler la gauche pour porter ce projet d'une autre France car c'est bientôt 2012", a déclaré Martine Aubry sur TF1. "Les Français ont ouvert la porte du changement aujourd'hui et nous allons nous y engouffrer avec eux pour changer la France", a-t-elle ajouté, estimant que "notre responsabilité est immense".

20h28. Pas de raz-de-marée à gauche pour Lellouche. "Nous sommes dans une élection intermédiaire marquée par une non mobilisation des Français" a analysé sur Europe 1 le secrétaire d'Etat français au Commerce extérieur Pierre Lellouche. "C’est une soirée où il n’y a pas de raz-de-marée, ni de percée ni même d’envie de la gauche", a ajouté le député et conseiller UMP de Paris.

20h24. Fillon se rassure. Le Premier ministre François Fillon a estimé dimanche dans un communiqué que la majorité "reculait moins qu'annoncé" aux cantonales. Concernant le score du FN, le chef du gouvernement a appelé à ne pas sous-estimer "le vote protestataire".

20h23. Une véritable poussée frontiste. Le PS a recueilli 35,05% des voix au second tour des élections cantonales dimanche, devant l'UMP (18,89%), tandis que le Front national en a récolté 10,01%, selon les premières estimations du ministère de l'Intérieur.

20h20. La Sarthe reste à droite.Le fief électoral de François Fillon, reste à droite à l'issue du second tour des élections cantonales, selon le ministère de l'Intérieur.

20h20. "Une défaite importante de l’UMP" pour Cambadélis. "Aujourd’hui, on constate une défaite importante de l’UMP, une bonne tenue du PS et une poussée des abstentionnistes" a estimé, dimanche, sur Europe 1 le député socialiste de Paris Jean-Christophe Cambadélis. Les premières estimations donnent le PS à 35,05%,l’'UMP à 18,89% et le FN à 10,01% sur la base d’un décompte partiel du ministère de l’Intérieur. "Le scrutin est marqué d'une très grande colère" a conclu le secrétaire national du PS à l'Europe et aux relations internationales.

20h18. Un avant-goût de 2012 ?Marine Le Pen se qualifierait pour le second tour de la présidentielle dans tous les cas de figure, et éliminerait Nicolas Sarkozy si le candidat socialiste était Dominique Strauss-Kahn, Martine Aubry ou François Hollande, selon un sondage Ipsos pour France Télévisions. D'après cette enquête publiée dimanche soir, la présidente du Front national arrive même en tête, avec 22%, si Ségolène Royal est la candidate du PS. C'est d'ailleurs le seul cas de figure où M. Sarkozy parvient à franchir le premier tour, avec 21% contre 17% à Mme Royal.

20h16. Le PS largement devant l'UMP. Le PS a recueilli 35,05% des voix au second tour des élections cantonales dimanche, devant l'UMP (18,89%), tandis que le Front national en a récolté 10,01%, selon les premières estimations du ministère de l'Intérieur. Les candidats divers droite totalisent 11,78% des voix, les divers gauche 5,83%, et le Front de gauche 6%.

20h14. Une "tannée" pour M. Le coprésident du Parti de gauche, Jean-Luc Mélenchon, a affirmé dimanche soir à l'AFP que la droite avait pris "une tannée" au second tour des cantonales, assurant que sa déroute "s'amplifie" par rapport au premier tour.

20h12. Carpentras aux couleurs du FN. La présidente du Front National, Marine Le Pen, a annoncé dimanche sur France 2 que le FN avait remporté un canton à Carpentras dans le Vaucluse. Elle a jugé que son parti avait fait "une forte poussée" lors du deuxième tour des cantonales.

20h10. Les socialistes victorieux dans quatre cantons du Lot. les candidats PS ont été élus au second tour dans les cantons suivants : Cahors-nord-est, Cahors-nord-ouest, Cahors-sud, Figeac-ouest. A Luzech et à Souillac, c'est un candidat Divers gauche qui a été élu. A Saint-Méry, c'est un divers droite.

20h08. Le frontiste Steeve Briois défait. Le nouveau secrétaire général du FN Steeve Briois a été battu au second tour des élections cantonales dans son canton de Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais. Steeve Briois a été nettement battu obtenant 44,74% des suffrages, contre 55,26% pour le conseiller général socialiste sortant Jean-Marie Picque.

20h05. Les premières leçons du scrutin. Harlem Désir, numéro deux du PS, a estimé dimanche soir au second tour des élections cantonales que les Français avaient adressé "une très lourde sanction à Nicolas Sarkozy et à l’UMP".

20h04."Un avant et après cantonales 2011". Le scrutin, "cette sorte de 21 avril local doit nous interpeller profondément. Avancer en faisant semblant de ne pas voir, pas entendre, serait dramatique", a déclaré le secrétaire national du PS aux services publics Razzy Hammadi.

20h02. 56%. C'est le taux d'abstention au second tour, selon l’institut Ipsos.

18h09. Entre 54 et 56%. C'est l'estimation du taux d'abstention final pour ce second tour selon une estimation Ipsos Logica Business consulting France Télévisions. Au premier tour, le taux d'abstention avait atteint le niveau record de 55,68%.

17h50. Quelques cantons à contre-courant. La participation progresse assez notablement dans certains départements qui pourraient d'ailleurs basculer. En Corrèze, fief du socialiste François Hollande, elle progresse de 9 points ; en Côte-d'Or, elle progresse de 5 points ; dans les Pyrénées-Atlantiques, la participation gagne 3 points ; dans la Sarthe, 1 point ; dans les Hautes-Alpes, 0,5 point et dans les Bouches-du-Rhône, elle progresse de 3 points. En métropole, la palme de la participation revient à la Haute-Corse avec 66,87%.

17h45. La scrutin est clos à La Réunion. A 17h00, le taux de participation est estimé à 48,39%, contre 41,62% à la même heure lors du premier tour, selon la préfecture. Le taux de participation définitif avait atteint 49,01% le 20 mars. Sur 25 cantons renouvelables, 15 sont encore à pourvoir. Dix candidats ont été élus ou réélus au premier tour.

17h00. Faible mais stable. Selon les chiffres du ministère de l'Intérieur, la participation s'élevait à 36,20% à 17h00 contre 36,38% dimanche dernier. A la mi-journée, elle accusait un retard de deux points avec 13,69% contre 15,70% le 20 mars.

16h19. Mayotte se mobilise. A 16h45, le taux de participation au second tour de scrutin était estimé à 67,62%, contre 50,48% à la même heure au premier tour, selon la préfecture de la collectivité départementale. Lors du premier tour, le 20 mars dernier, le taux de participation définitif avait atteint 60,82%. Sur les neuf cantons renouvelables, aucun n'a été pourvu au premier tour et ce second tour comporte quatre triangulaires.