Camp de Grande-Synthe : les ministres de l'Intérieur et du Logement se rendent sur place

  • A
  • A
Camp de Grande-Synthe : les ministres de l'Intérieur et du Logement se rendent sur place
"Trois unités de forces mobiles sont déployées en renfort dans la région afin de prévenir les troubles à l'ordre public" ont indiqué les deux ministères.@ AFP
Partagez sur :

Matthias Fekl et Emmanuelle Cosse se rendront sur place mardi en fin d'après-midi. 

Les ministres de l'Intérieur et du Logement, Matthias Fekl et Emmanuelle Cosse, vont se rendre mardi en fin d'après-midi au camp de Grande-Synthe, qui a été détruit dans sa quasi-totalité, au lendemain d'un gigantesque incendie ayant pour origine une importante rixe entre migrants afghans et kurdes.

Mesures de protection et réunion d'urgence. "Toutes les mesures de protection des populations sont mises en oeuvre", assurent les ministères : "trois salles municipales ont été ouvertes dans la nuit (...), d'autres dispositifs d'hébergement d'urgence seront mis en place", peut-on lire dans le communiqué. "Une réunion entre les services de l'État et la mairie se tient" mardi matin "pour décider des dispositifs d'urgence à mettre en oeuvre", visant notamment à accélérer "l'accueil des migrants" dans les centres d'accueil et d'orientation (CAO), informent les ministres dans le communiqué. "Trois unités de forces mobiles sont déployées en renfort dans la région afin de prévenir les troubles à l'ordre public", ont-ils ajouté.

Pas de failles de sécurité, selon le maire. Lors de l'hiver 2016, la préfecture du Nord avait refusé de cautionner l'ouverture du camp, invoquant notamment des défauts de sécurité, notamment en cas d'incendie. La mairie de Grande-Synthe avait fait faire des travaux supplémentaires, et l'Etat avait finalement accepté de financer le fonctionnement de ce camp aux normes ambitieuses. Le sinistre de lundi n'est "pas lié" à des failles de sécurité, a insisté Olivier Caremelle, directeur de cabinet du maire (EELV) Damien Carême.