Cambadélis juge "xénophobe" l'attaque de Sarkozy contre Vallaud-Belkacem

  • A
  • A
Cambadélis juge "xénophobe" l'attaque de Sarkozy contre Vallaud-Belkacem
@ ALAIN JOCARD / AFP
Partagez sur :

Le patron du PS estime que la droite s'attaque à la ministre de l'Education nationale en raison de ses origines. Et que l’attaque de Nicolas Sarkozy "est légèrement xénophobe".

La situation se tend chaque jour un peu plus autour de Najat Vallaud-Belkacem et de sa réforme du collège. Lundi soir, Nicolas Sarkozy s'en était ainsi pris nommément à la ministre de l'Education nationale, lors d'un meeting UMP aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis) : "Dans le combat effréné pour la médiocrité, Christiane Taubira (ministre de la Justice) est en passe d'être dépassée par Najat Vallaud-Belkacem". La réplique de Jean-Christophe Cambadélis, le premier secrétaire du Parti socialiste, est cinglante : cette attaque "est légèrement xénophobe".

"C'est inadmissible dans notre République". Invité à réagir aux tacles toujours plus virulents de la droite, le député de Paris a estimé, mercredi sur RTL, que "l'UMP et Nicolas Sarkozy ont décidé de cibler la personne et non pas la réforme". La sortie de Nicolas Sarkozy, pour lui,  a "une certaine connotation. Madame Taubira a été attaquée pour les raisons que l'on sait, pour la couleur de sa peau. Et Madame Vallaud-Belkacem est attaquée pour quoi ? Parce qu'elle s'appelle Belkacem". Et d'ajouter : "Je pense [que cette attaque] est légèrement xénophobe, je le dis. C'est inadmissible dans notre République", a-t-il insisté.

Michel Sapin, ministre des Finances, a emboité le pas de "Camba", sans toutefois aller aussi loin : "ce n'est pas un hasard si Nicolas Sarkozy a utilisé dans la même phrase Najat Vallaud-Belkacem et Christiane Taubira. C'est un appel aux plus bas instincts", a-t-il estimé sur RMC-BFMTV.

"C'est stupide comme argument". Meneur de la contestation dans les rangs de l'opposition, Bruno Le Maire, invité d'Europe 1, a évité de répondre frontalement aux accusations du patron des socialistes : "je laisse à Jean-Christophe Cambadélis ces attaques politiciennes dont, en général, il a des ressources illimitées."

Benoist Apparu, ancien ministre du Logement et proche d'Alain Juppé, a quant à lui parlé, sur Radio Classique, d'un argument d'une "facilité intellectuelle déroutante". "Arrêtons de nous faire croire qu'on critique cette réforme parce qu'elle est portée par madame Belkacem. Peu importe le nom du ministre qui porte la réforme. J'ai bien compris que le but c'était de nous entraîner pour dire : 'Parce qu'elle est d'origine maghrébine, vous l'attaquez'. C'est stupide comme argument, et monsieur Cambadélis devrait réfléchir deux fois avant de nous sortir ces facilités intellectuelles et ces ficelles qui sont grosses comme lui".