Cahuzac "ne se laisse pas impressionner"

  • A
  • A
Cahuzac "ne se laisse pas impressionner"
@ MaxPPP
Partagez sur :

Le ministre du Budget dit attendre sereinement les résultats de l'enquête dont il fait l'objet.

L’INFO. Jérôme Cahuzac reste fidèle à sa ligne de conduite. Il a prévenu qu’il ne se laisserait "pas impressionner" par les "allégations" de Mediapart. Le site Internet d'informations assure de son côté que l'enquête judiciaire a validé un enregistrement accréditant la thèse selon laquelle le ministre du Budget a disposé d'un compte en Suisse.

"Des simples allégations". "L’enquête se poursuit. Jérôme Cahuzac en attend sereinement l’issue et ne se laisse pas plus impressionner aujourd’hui qu’hier ou demain par la présentation sous forme de prétendues informations de ce qui reste, et pour cause, de simples allégations", selon un communiqué transmis par l'avocat du ministre, Gilles August.

>>> A LIRE AUSSI : Affaire Cahuzac : sur quoi porte l'enquête ?

Une bande audio controversée. Mediapart appuie de son côté ses accusations sur une bande audio sur laquelle une voix attribuée à Jérôme Cahuzac évoque en 2000 un compte en Suisse. "Ça me fait chier d'avoir un compte ouvert là-bas, l'UBS c'est quand même pas forcément la plus planquée des banques", entend-on sur la bande.

Une enquête toujours en cours. Vendredi soir, le site d'informations, citant des sources judiciaires, a affirmé que l'enquête validait cet enregistrement. Selon Mediapart, la bande n'a pas été manipulée et trois témoins l'auraient authentifiée devant les enquêteurs. Selon une source proche du dossier, les conclusions de l'expertise de la bande n'ont toutefois pas encore été remises au parquet qui a diligenté le 8 janvier une enquête préliminaire pour blanchiment de fraude fiscale afin de vérifier si Jérôme Cahuzac a effectivement eu un compte en Suisse.

Cahuzac maintient sa version. "Que trois témoins proches des accusateurs affirment avoir reconnu la voix de Jérôme Cahuzac sur un enregistrement non authentifié ne change rien au fait, lui authentifié, que la banque UBS a certifié auprès (des) autorités" suisses "que Monsieur Cahuzac ne détenait aucun compte chez elle, ni n'en avait fermé un en février 2010 contrairement à ce que Mediapart avait cru pouvoir affirmer", selon le communiqué de Me August.

La réponse d'une banque suisse. La France a envoyé une demande d'entraide fiscale à la Suisse. Le ministre s'est dit conforté par la réponse suisse qu'il assure pourtant n'avoir pas consultée. Cette réponse n'a pas été rendue publique et aucun média ne semble pour l'heure y avoir eu accès.

>>> A LIRE AUSSI : la Suisse blanchirait Cahuzac