Cahuzac : "Je dirais à Jean-Luc Mélenchon de peut-être se faire élire de temps en temps au suffrage universel direct"

  • A
  • A
Cahuzac : "Je dirais à Jean-Luc Mélenchon de peut-être se faire élire de temps en temps au suffrage universel direct"
@ CAPTURE D'ECRAN LCP
Partagez sur :

Le ministre du Budget a répondu jeudi soir dans PolitiqueS à Mélenchon qui s'est dit "prêt" pour Matignon.

Jérôme Cahuzac, ministre délégué au Budget, invité de l'émission de Serge Moati, "PolitiqueS", diffusée sur LCP en partenariat avec Europe 1 et Dailymotion, s’en est pris vivement à Jean-Luc Mélenchon, qui a déclaré à Rue 89 qu’il était "prêt à être Premier ministre". "Je préfère Jean-Luc Mélenchon quand il était ministre de Lionel Jospin, c’était d’ailleurs un bon ministre, à celui qui peut-être aujourd’hui donne l’impression de faire de la surenchère", a lancé Jérôme Cahuzac.

"Jean-Luc Mélenchon, Premier ministre ? Ce sera le choix du président de la République, a déclaré le ministre délégué au Budget. Auparavant, le peuple doit s’exprimer. S’il a fait un score remarqué à l’élection présidentielle, cela l’a quand même mis loin loin loin derrière Marine Le Pen, hélas. Il avait l’ambition d’être devant. Avant de postuler à Matignon, je dirais à Jean-Luc Mélenchon de peut-être se faire élire de temps en temps au suffrage universel direct, au moins une fois", a-t-il soufflé.

Regrettant un "malentendu" entre la majorité et les communistes, suite au rejet du budget 2013 au Sénat cette semaine, Jérôme Cahuzac a déclaré : "Au Sénat, il y a une majorité de gauche mais pas de majorité gouvernementale". "Au motif que nous ne serions pas assez de gauche, les communistes font prévaloir un système voulu par la droite", a-t-il déploré.

Enfin sur la dégradation du triple A par l'agence Moody's, le ministre délégué au budget s'est dit "ni énervé ni surpris", pointant la responsabilité de la politique du gouvernement précédent : "Je ne veux pas laisser croire que cette appréciation pourrait sanctionner quatre mois de gestion du gouvernement Ayrault".