Cafouillage autour de la candidature de Morin

  • A
  • A
Cafouillage autour de la candidature de Morin
@ MAXPPP
Partagez sur :

Sa candidature en 2012 a été annoncée par Cavada, avant d'être démentie par Morin lui-même.

Grand moment de flottement, mercredi au Nouveau Centre. La candidature du chef du parti, Hervé Morin, à la présidentielle de 2012, a été d'abord été annoncée, puis nuancée, par le porte-parole du mouvement, Jean-Marie Cavada.

ACTE I : la candidature de Morin est annoncée par Cavada

"Dans l'état actuel de sa réflexion, Hervé Morin considère que le projet centriste doit être défendu à la présidentielle, ce qui me semble en effet une bonne façon de réfléchir, et il sera donc candidat", assure, dans un premier temps, sur France 2, Jean-Marie Cavada, ajoutant avoir vu Hervé Morin "mardi soir".

Le centriste indique également qu'Hervé Morin ira "le 19 janvier devant le comité national" du Parti radical présidé par Jean-Louis Borloo "de façon à créer les conditions d'une tentative d'union des centres". "J'espère que cette union ira plus loin que les simples paroles que nous échangeons, c'est une nécessité. Dans la crise, il n'y a pas de place pour le magasin des ego", poursuit-il.

ACTE II : au nouveau centre les esprits s'échauffent

Mais quelques heures après cette annonce, le numéro deux du Nouveau Centre, Jean-Christophe Lagarde, interrogé par l'AFP, se dit "stupéfait" des propos de Jean-Marie Cavada, estimant que la désignation d'un candidat n'était pas une "autoproclamation". "Je trouve stupéfiant qu'un porte-parole du parti puisse annoncer une candidature à la présidentielle à quelques jours d'un conseil national (le 22 janvier) qui alors ne servirait strictement à rien", fustige le numéro deux du parti centriste.

Cette diatribe est immédiatement suivie par un nouveau coup de théâtre, Jean-Marie Cavada revenant, lui-même, sur sa déclaration du matin. "C'est vrai que ma phrase comportait une ambiguïté", reconnaît-il, avant midi sur le Point.fr. "Calmons-nous ! Hervé Morin ne va pas déclarer sa candidature à midi ! Ce que je voulais dire c'est que je souhaite que Hervé Morin soit candidat en 2012, il est le candidat naturel du centre", explique-t-il.

ACTE III : le principal intéressé dément

Enfin, épilogue, quelques heures plus tard, l'ancien ministre de la Défense, lui-même, nie être candidat. "Si vous me demandez s'il faut un candidat centriste en 2012, je vous réponds oui. Si vous me demandez qui, je vous réponds : "RDV à l'automne", conclut Hervé Morin, lors d'une conférence où il présentait ses voeux à la presse.