"Ça peut arriver de s'endormir"

  • A
  • A
"Ça peut arriver de s'endormir"
Partagez sur :

TOUT EST DIT - Cécile Duflot a défendu Gérard Larcher qui s'est assoupi pendant l'intervention de François Fillon.

Tous les matins, Laurent Guimier et la rédaction d'Europe 1 sélectionnent pour vous le meilleur des déclarations et des petites phrases politiques du jour.

Le monde politique commente beaucoup le duel François Fillon- Martine Aubry sur France 2 jeudi soir. Très remarqué, le soutien sans faille du Premier ministre à Nicolas Sarkozy. Pendant plus de deux heures, François Fillon a défendu bec et ongles le quinquennat. A une exception près, et pas n’importe laquelle. Interrogé par David Pujadas sur sa plus grosse déception, il a avoué l'inavouable : regretter de ne pas avoir augmenté la TVA dès 2007. Il pointe la responsabilité de "l'équipe gouvernementale" et "de la majorité". 

Quel toupet ! répond Ségolène Royal ce vendredi sur France 2. L’ancienne candidate à la présidentielle insiste sur les ravages qu’aurait à ses yeux la TVA sociale. Ce matin, elle martèle  : "les Français sont contre !".

Au cours de l'émission "Des paroles et des actes", une image a particulièrement marqué les téléspectateurs. 21h54. Gérard Larcher, l’ancien président du Sénat est dans le public. Le réalisateur le filme et là, catastrophe : Larcher est assoupi. Eclat de rire général sur les réseaux sociaux. Sur Canal+, Cécile Duflot vole à son secours. Ça peut arriver à tout le monde !

Nous repartons sur les chemins de Compostelle en compagnie de Christine Boutin. Une seule mission : obtenir ses 500 parrainages. La candidate du Parti Chrétien Démocrate galère. Elle menace de lâcher “bombe atomique” sur l’UMP si elle n’a pas ses signatures. Petit changement de tactique ce vendredi sur LCI. La candidate se dit prête à désarmer si la menace de voir Marine Le Pen accéder au second tour du scrutin est sérieuse. 

On termine par une demande en mariage insolite à l’Elysée. Ca s’est passé jeudi à Mennecy, dans l’Essonne, sur un chantier que visitait Nicolas Sarkozy. Plusieurs ouvriers ont été amenés sur le chantier au dernier moment pour garnir les rangs de cette visite présidentielle. Tout est calculé au centimètre près... sauf quand un ouvrier prend la parole et s'adresse au Président. Les deux papas parlent de leurs enfants respectifs quand soudain, hop ! Une demande en mariage pour Giulia Sarkozy !  Le Président l’a dit à cet ouvrier, sa fille est “très précoce”... Mais quand même !

" C'est un regret que j'ai aujourd'hui" (François Fillon) :