Budget 2010 : moins pour les ministères, plus pour la relance

  • A
  • A
Budget 2010 : moins pour les ministères, plus pour la relance
Partagez sur :

3,5 milliards d'euros supplémentaires seront affectés au plan de relance dans un budget très resserré en raison de la crise.

La préparation du budget 2010, très serré pour cause de crise, est lancée. Avant le début du débat à l’Assemblée nationale fin juin, des consignes budgétaires ont été envoyées le week-end dernier par Matignon. Selon les informations révélées par le journal Les Echos, seul le plan de relance se verrait affecté des crédits supplémentaires : 3,5 milliards qui viendraient s’ajouter aux quelque 10 milliards déjà versés sur l’enveloppe globale de 26 milliards annoncée au total.

Dans tous les ministères, l’heure est à la rigueur. Selon Les Echos, les "lettres plafonds" signées par Matignon, des documents qui fixent les lignes directrices en matière de budget, "prévoient une hausse des dépenses limitée à l'inflation, soit 1,2%, hors plan de relance". Soit 4,3 milliards d’euros.

Conséquence : "les crédits de la plupart des ministères évolueront très faiblement en 2010, voire diminueront en termes réels" (hors inflation), assure le journal économique. Les ministères prioritaires seront ceux de la Justice, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et de l’Emploi.

Côté recettes, crise oblige, les fruits de la TVA et de l’impôt sur la fortune devraient chuter. Pour ce dernier, le ministère du Budget n’a guère d’espoir de parvenir à collecter les 3,7 milliards attendus. Les recettes liées à l’impôt sur les sociétés sont, elles, qualifiées de "catastrophiques", en chute de 90%.

Le gouvernement ne table, pour l'instant, que sur une reprise timide en 2010, avec une hausse du produit intérieur brut limitée à 0,5%, après une récession historique marquée par un recul du PIB de 3% en 2009.