Bruno Le Roux : "Le gouvernement n'est pour rien dans les turpitudes de François Fillon"

  • A
  • A
Bruno Le Roux : "Le gouvernement n'est pour rien dans les turpitudes de François Fillon"
"A faire monter les extrêmes, on se retrouve vite dans une situation qui peut devenir difficile".@ Eric FEFERBERG / AFP
Partagez sur :

Le ministre de l'Intérieur a réagi aux accusations de François Fillon, assurant que "ce sont les juges" qui mènent l'enquête et pas "le gouvernement".

"Le gouvernement n'est absolument pour rien dans les turpitudes de François Fillon", a affirmé jeudi le ministre de l'Intérieur, Bruno Le Roux, réagissant aux accusations du candidat de la droite à l'élection présidentielle mis en cause par la justice.

"Ce sont les juges qui mènent l'enquête". "Il n'y a pas de complot", a déclaré Bruno Le Roux sur CNews, alors que François Fillon et l'opposition accusent le gouvernement d'instrumentaliser la justice pour "assassiner" le candidat de la droite. "On a l'impression que c'est le gouvernement qui mène l'enquête contre François Fillon. Non, ce sont les juges. Pourquoi faudrait-il qu'il y ait toujours un complot quand on doit répondre devant la justice et quand on est un élu ? Il n'y a pas de complot, il y a des faits qui sont reprochés et sur lesquels chacun doit s'expliquer, François Fillon comme d'autres", a-t-il ajouté.

Allusion au Front National. "Il n'y a aucune dimension politique", a assuré le ministre, qui a estimé qu'il était "choquant" de mettre en cause les institutions et en particulier la justice : "Il joue très, très mal sa propre protection en mettant en cause les institutions et la République." "Tous ceux qui mettent en cause la République n'en recueillent aucun bénéfice. Ce n'est pas eux qui en recueillent le bénéfice, c'est d'autres", a commenté Bruno Le Roux, dans une allusion claire au Front National.

"A faire monter les extrêmes, on se retrouve vite dans une situation qui peut devenir difficile", a-t-il ajouté. Revenant sur le projet de rassemblement prévu dimanche en soutien de François Fillon et contre les juges, le ministre de l'Intérieur a indiqué qu'il était "libre d'organiser sa manifestation", mais qu'il ne comprenait pas un "appel à manifester contre nos institutions".