Bruno Le Maire se rend dans un commissariat en "soutien" aux policiers

  • A
  • A
Bruno Le Maire se rend dans un commissariat en "soutien" aux policiers
@ LOIC VENANCE / AFP
Partagez sur :

Pour le candidat à la primaire de la droite, "Nicolas Sarkozy et François Fillon ont fait une erreur en réduisant les effectifs policiers entre 2007 et 2012"

Bruno Le Maire (LR), candidat à la primaire de la droite et du centre, s'est rendu samedi dans un commissariat de Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne) pour témoigner son "soutien" aux policiers et leur promettre des moyens supplémentaires et une justice plus rapide et plus stricte, s'il était élu.

"Nicolas Sarkozy et François Fillon ont fait une erreur". "Je comprends votre malaise, je sais que vous avez signé pour protéger les Français, pas pour risquer votre vie", a-t-il lancé à la vingtaine de policiers présents dans ce commissariat de banlieue parisienne, deux semaines après l'attaque aux cocktails Molotov de quatre de leurs collègues à Viry-Châtillon (Essonne). "Nicolas Sarkozy et François Fillon ont fait une erreur en réduisant les effectifs policiers entre 2007 et 2012", a répété Bruno Le Maire. Il a promis 6.000 hommes supplémentaires sur cinq ans, ainsi que davantage de moyens matériels.

"Plus de moyens pour les tribunaux". Le candidat a aussi dénoncé le "laxisme de la réponse pénale". "Ce n'est pas normal que vous exposiez votre vie alors que derrière, la justice ne suit pas", a-t-il dit aux policiers. Il leur a rappelé qu'il voulait "plus de moyens pour les tribunaux" et était favorable à une simplification du code de procédure pénale, au rétablissement des peines planchers en cas de récidive, ainsi qu'à "l'ouverture d'un débat sur la légitime défense et sur l'emploi des armes". Des propositions qui rejoignent celle des policiers qui manifestent chaque soir depuis lundi à Paris et se rassembleront mardi devant les palais de justice de France.



"C'est bien que des politiques viennent nous écouter". "Il nous promet plus de moyens et plus d'effectifs, c'est sûr que nous ça nous semble bien", ont dit Jacques, 28 ans et David, 31 ans, policiers depuis une dizaine d'années et qui n'ont pas souhaité donner leur vrai prénom. "C'est bien que des politiques viennent nous écouter", a ajouté Pascal, qui travaille depuis 16 ans à Vitry-sur-Seine. "Mais c'est dommage qu'il faille attendre un fait-divers tragique pour qu'ils le fassent. Notre sentiment de colère date d'il y a longtemps".

Valls affiche son "entier soutien" aux policiers à Tours

Le Premier ministre Manuel Valls a affiché samedi à Tours son "entier soutien" aux policiers, dans un nouveau geste d'apaisement après cinq jours de manifestations et de revendications. "Avec les policiers de Tours : entier soutien, pleine reconnaissance, ferme engagement à poursuivre le renforcement des moyens de notre police", a écrit sur son compte Twitter Manuel Valls, en déplacement en Indre-et-Loire samedi.