Bricq attaque la cuisine de l'Elysée, le Chef réplique

  • A
  • A
Bricq attaque la cuisine de l'Elysée, le Chef réplique
@ MAXPPP
Partagez sur :

TEMPÊTE DANS UN VERRE D'EAU - Nicole Bricq, ministre du Commerce extérieur n’a pas apprécié le dîner en l'honneur du président chinois. 

Mercredi soir, l’Elysée avait mis les petits plats dans les grands en l’honneur Xi Jinping et de son épouse. Un dîner fastueux était prévu, histoire d’entretenir les bonnes relations avec un chef de l’Etat qui a signé pour 18 milliards d’euros de contrats. Sauf que, à en croire, Nicole Bricq, le menu n’était pas fameux.

C’est le lendemain, après un nouveau déjeuner à Matignon, que la ministre du Commerce extérieur a fait cette confidence à Jean-Marc Ayrault. "J'ai dit à Brigitte (l’épouse du Premier ministre, Ndlr) que franchement, la maison Matignon, y a pas photo. A l'Elysée, c'était pas du tout… non, c'était dégueulasse. Il faut le dire, il faut le dire", a-t-elle murmuré sur le perron de l'hôtel Matignon.



La sortie de la ministre n'a visiblement pas été appréciée par les internautes. De nombreux messages de soutien ont été publiés sur la page Facebook de Guillaume Gomez, le cuisiner incriminé par la ministre. Guillaume Gomez s'est lui-même fendu d'un message, vendredi 28 mars :



Face à l'indignation suscitée, la ministre aurait été contrainte d'appeler le chef pour s'excuser, assure un journaliste d'ITélé sur son compte Twitter :



La ministre du Commerce extérieura présenté "personnellement" ses excuses vendredi au chef cuisinier de l'Elysée. "La ministre a appelé le chef cuisinier de l'Elysée, Guillaume Gomez, ce (vendredi) matin pour s'excuser personnellement", a-t-on déclaré de même source, ajoutant que Sylvie Hubac, "la directrice de cabinet du président de la République s'était rendue dans la matinée dans les cuisines de l'Elysée pour rappeler toute la confiance du président envers le chef et ses équipes".

sur-le-meme-sujet-sujet_scalewidth_460

EN GOGUETTE - Le président chinois goûte Beaufort et rosette

AIRBUS - Airbus : la Chine achète pour sept milliards d’euros d’avions

LE LAB - Laurent Fabius : “de bonnes relations avec la Chine” c’est créer “des dizaines de milliers d’emplois en France”