Brexit : Pour Sarkozy, "le rôle de la France est d'être leader en Europe"

  • A
  • A
Brexit : Pour Sarkozy, "le rôle de la France est d'être leader en Europe"
@ GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP
Partagez sur :

Le chef de l'opposition a été reçu à l'Elysée par le président de la République, comme tous les autres chefs de partis.

Le président des Républicains Nicolas Sarkozy a jugé "vital" samedi que la France, au lendemain du Brexit, prenne "une initiative très forte" en faveur d'un nouveau traité européen, à sa sortie d'un entretien avec François Hollande. "J'ai dit au président François Hollande combien je pensais vital qu'une initiative très forte soit prise par la France, pour poser les bases d'un nouveau traité intergouvernemental", a souligné l'ancien président sur le perron de l'Elysée.

"L'Europe est aujourd'hui face à une crise d'une très grande ampleur". Nicolas Sarkozy était le deuxième interlocuteur du chef de l'Etat, qui reçoit samedi les leaders des formations politiques représentées au Parlement, pour les consulter sur la réponse française au Brexit. Pour le président des Républicains, un nouveau traité serait nécessaire "pour que l'ensemble des peuples d'Europe comprennent qu'ils ont été entendus". "L'Europe est aujourd'hui face à une crise d'une très grande ampleur, qui n'est pas la question de nos rapports avec les Anglais, mais qui est la question de la nature de l'Europe à 27", a-t-il observé.

"Sortir d'une situation qui angoisse des millions d'Européens". "Il n'y a plus de Schengen, il n'y a plus de frontières garanties, (...) la zone euro fonctionne très mal, les compétences de l'Europe sont trop nombreuses", a fait encore valoir Nicolas Sarkozy. "Faisons de cette crise historique l'opportunité d'une nouvelle énergie, d'un nouveau sursaut pour que l'Europe reprenne son destin en main", a-t-il encore exhorté. "C'est le rôle de la France d'être leader en Europe, de proposer à nos amis allemands une initiative commune pour sortir d'une situation qui angoisse des millions d'Européens à travers notre continent", a-t-il conclu.