Brexit : "le climat dans les instances de décision européennes va changer"

  • A
  • A
Voir la vidéo sur Dailymotion
Partagez sur :

Pour le président du MoDem François Bayrou, le Brexit doit encourager à simplifier l'Union européenne et la recentrer sur l'essentiel.

INTERVIEW

Profiter du Brexit pour refonder l'Europe. L'idée est soulevée par de très nombreuses personnalités politiques françaises, vendredi, après le référendum britannique. François Bayrou ne fait pas exception. "Cela va permettre à l'Europe de se forger une nouvelle idée", a estimé l'ancien député européen sur Europe 1.

Le changement, c'est bientôt. Selon le maire de Pau, il est impensable de concevoir que tout puisse continuer comme avant. "L'idée de Monsieur Boris Johnson [ancien maire de Londres et partisan du Brexit] qu'au fond, ce n'est pas parce qu'on s'en va que cela va changer quelque chose, est absolument hors de propos. Le climat dans les instances de décision européennes va changer". Aux dirigeants européens de profiter de ce moment pour repenser le projet de l'Union européenne. François Bayrou, lui, voudrait donner à l'Europe la capacité de mieux écouter ses citoyens. "On est dans une Europe diplomatique, il faut faire une Europe démocratique", a t-il jugé.

"S'occuper de l'essentiel". Le président du MoDem suggère également que l'Europe "s'occupe de l'essentiel, et pas de l'accessoire". Autrement dit, fini la production de normes, place au projet politique. "Mettons un institut de normalisation qui soit distinct de l'Europe politique", propose François Bayrou. Cette idée va avec une simplification du fonctionnement de l'Union européenne. "Jusqu'à maintenant, personne ne sait quelles décisions on prépare à Bruxelles, de quelle manière ces décisions sont mises en place, quand elles sont prises."

Attendre avant un référendum. Pas question, en revanche, de soumettre les Français à un référendum similaire à celui proposé au Royaume-Uni. Du moins, pas tout de suite. "On ne pourra faire de référendum que le jour où il y aura un projet", martèle François Bayrou. Plus tôt dans la journée, le candidat LR à la primaire à droite Alain Juppé s'était dit du même avis.

Des divisions à venir en Grande-Bretagne. Quant au Royaume-Uni, François Bayrou lui prédit "des divisions internes terribles". Et, de fait, l'Ecosse comme l'Irlande ont déjà signifié leur envie d'organiser des référendums pour sortir du Royaume-Uni, eux qui ont majoritairement voté pour rester dans l'Union européenne.