Boulogne : la lettre qui embarrasse Guéant

  • A
  • A
Boulogne : la lettre qui embarrasse Guéant
C'est la société de communication du député-maire de Boulogne qui serait à l'origine de ce ratage.@ MAX PPP
Partagez sur :

A cause d'une erreur de courrier, les autres candidats pourraient empêcher la nomination du ministre.

Premier couac dans la campagne de Claude Guéant à Boulogne-Billancourt. Jeudi, les Boulonnais ont reçu un courrier du député-maire UMP de la ville, Pierre-Christophe Baguet dans lequel il explique pourquoi il ne se représentera pas aux prochaines législatives en 2012. Sauf que ce document était accompagné d'une lettre signée de la main de Claude Guéant, avec l'en-tête du ministère de l'Intérieur, comme le révèle Le Point. Une erreur qui pourrait empêcher Claude Guéant de se présenter car la loi interdit l'utilisation d'un symbole de l'Etat à des fins électorales.

"J'ai vécu à Boulogne"

Dans le contenu du document consultable sur Internet, le ministre expose, sur deux pages, ses motivations pour être le candidat UMP dans la 9e circonscription des Hauts-de-Seine aux législatives. En réalité, cette lettre n'était pas destinée aux Boulonnais.

Dans le premier paragraphe, Claude Guéant explique en quoi la décision de Pierre-Christophe Baguet de ne pas se représenter l'a poussé à briguer le siège de député en 2012. La lettre détaille également l'histoire de ce proche de Nicolas Sarkozy avec Boulogne-Billancourt : "j'ai vécu à Boulogne pendant cinq ans. Mes deux enfants y ont été scolarisé", poursuit-il.

Une erreur de sa société de communication

Immédiatement, Claude Guéant a réfuté l'envoi de cette lettre. Jeudi, le ministre de l'Intérieur envisageait de porter plainte pour usurpation d'identité, selon Le Point. En réalité, il s'agirait d'une erreur du maire ou plutôt de sa société de communication qui gère son courrier. Elle aurait reproduit une lettre de Claude Guéant adressée à l'Agence France-Presse, détaillant les motivations de sa candidature.

L'ancien secrétaire général de l'Elysée a réclamé au maire de Boulogne un rectificatif. Pierre Christophe Baguet assure, lui, avoir eu l'aval du ministre, ce que dément son cabinet.

Saisir le Conseil d'Etat

Cette affaire survient alors que le parachutage du ministre est déjà contesté au sein de son propre camp. Thierry Solère, vice-président UMP du Conseil général des Hauts-de-Seine, a l'intention de mener campagne contre lui.

Un faux pas surtout préjudiciable pour le ministre de l'Intérieur. Dans la loi, un candidat à un mandat électoral ne peut en aucun cas évoquer sa candidature sur un document portant un symbole de l'Etat. Certains adversaires à Boulogne-Billancourt pourraient donc utiliser ce document pour saisir le Conseil d'Etat et tenter de faire invalider sa candidature.