Borloo n'est "pas un partenaire pour la gauche"

  • A
  • A
Borloo n'est "pas un partenaire pour la gauche"
"Je ne conseille pas à la gauche de prendre exemple sur Nicolas Sarkozy", a dit Bertrand Delanoë.@ Europe 1
Partagez sur :

Bertrand Delanoë a exclu dimanche tout rapprochement avec le leader centriste.

"Je ne pense pas que monsieur Borloo, qui a été dix ans ministre de droite, puisse être un partenaire pour la gauche", a estimé dimanche Bertrand Delanoë dans le Grand Rendez-Vous sur Europe 1. Alors que la question a semé la zizanie chez Europe-Ecologie-les Verts, le maire socialiste de Paris s'est montré très clair. "Je ne conseille pas à la gauche de prendre exemple sur Nicolas Sarkozy" a-t-il ajouté, faisant référence à la politique d'ouverture menée par le chef de l'Etat au début de son mandat.

"On voit ce que ça a donné le débauchage de personnalités de gauche, estimables, mais qui se sont perdues", a tranché Bertrand Delanoë, au micro de Jean-Pierre Elkabbach. Pour le maire de Paris, "la démocratie a besoin de clarté". "Les choix conservateurs et progressistes ne sont pas les mêmes", a-t-il conclu.

"La démocratie a besoin de clarté" :

"Respecter le temps des candidatures"

Au sujet de la primaire socialiste, Bertrand Delanoë a invité à "respecter le temps des candidatures". "Je peux difficilement me prononcer pour des candidatures qui ne se sont pas encore exprimées", a-t-il ajouté. Concernant son choix personnel, le maire de Paris est resté évasif, indiquant qu'il prendrait "position par rapport à des des critères politiques".

"Je prends toujours mes décisions totalement librement", a-t-il fait valoir, rappelant qu'il n'était pas dans le "pacte" liant Martine Aubry, Dominique Strauss-Kahn et Laurent Fabius. "Je ferai ce que je dois", a affirmé le maire de Paris.

"Je ferai ce que je dois" :

"Sortir du tout nucléaire"

Evoquant la question de l'énergie, Bertrand Delanoë a jugé que le nucléaire devait être "remis en cause". "Nous voulons sortir du tout nucléaire", a dit le dirigeant socialiste, évoquant "les risques pour la sécurité" et "le coût de l'énergie"

Pour le maire de Paris, "il faut mettre le paquet sur les énergies renouvelables". "Il faut que nous nous habituions à consommer moins d'énergie", a-t-il également souhaité.