L’INFO POLITIQUE - Sans son chef, le nouveau parti centriste est tiraillé. D’autant que la convalescence de l’ancien ministre devrait durer encore.

L’INFO. Jean-Louis Borloo est toujours en convalescence après sa pneumonie aiguë. S’il s’amuse à raconter qu’il est désormais incollable sur les JO de Sotchi, une question lui trotte malgré tout dans la tête : comment faire tourner l’Alternative, le tout nouveau parti qu’il a lancé avec François Bayrou, sans lui ? D’autant que certains profitent de son absence pour reprendre la lumière, comme l’a expliqué Caroline Roux, éditorialiste politique d’Europe 1.

"Ça tire de nouveau dans tous les sens". L’Alternative, c’est son bébé. Jean-Louis Borloo l’a porté et engendré, mais au moment de finaliser les attelages pour aller aux élections, le papa a dû s’absenter. Et chez les centristes, rien n’est jamais simple… L’un de ceux qui tentent de tenir la boutique en l’absence de Borloo le confirme sans ambages : "ça tire de nouveau dans tous les sens, il faut s’accrocher au volant". Un exemple illustre la période difficile traversée par le tout nouveau mouvement centriste : lundi, Hervé Morin a pris ses distances avec le pacte de responsabilité, alors que Jean-Louis Borloo avait été l’un des premiers à dire que son parti soutenait la démarche de la majorité. "Certains profitent de son absence pour nous jouer ‘36-15 j’existe’ et prendre la main médiatiquement", analyse un fidèle de l’ancien ministre de l’Ecologie.

Bayrou et Borloo

"On peut faire péter l’alternative". Au-delà des questions d’égos, un deuxième point de friction existe : les élections européennes, pour lesquelles une réunion est prévue mercredi. Certains sujets sont potentiellement explosifs. A commencer par la situation de Rama Yade, qui veut la première place en Ile-de-France alors qu’elle est promise à la numéro 2 du Modem, Marielle de Sarnez. Et l’ancienne chouchou de la sarkozie peut faire des dégâts quand elle est en colère…"L’autorité morale de Jean Louis manque dans ces moments là", regrette un de ses amis, bien conscient que sur un sujet comme ça, « on peut faire péter l’alternative".

Les européennes, sans lui. Problème : il faudra attendre encore un peu avant de revoir l’ancien maire de Valenciennes remonter sur le ring. "Il est en combat contre sa maladie, son infection pulmonaire. Il n’est pas en grande forme", confie l’un de ses amis. Tous les deux jours, Yves Jego, qui tient la boutique en son absence, s’entretient avec Jean-Louis Borloo, et François Bayrou prend des nouvelles de son acolyte. Mais l’ancien ministre va manquer au moment des municipales, où les accords seront à géométrie variable et où son poids aurait pu peser dans la balance, notamment face à l’UMP.. Ceux qui ont eu de ses nouvelles ont même déjà fait une croix sur sa participation à la campagne des européennes, qui ne se déroulera pourtant que le 25 mai prochain et qui est un vrai enjeu pour L’Alternative. Un signe de plus que la convalescence sera longue.

sur le même sujet, sujet,

SANTE - Borloo hospitalisé pour une pneumonie aiguë

L'INFO - Bayrou et Borloo ont scellé leur union