Blanc : "Huchon manque un peu de discernement"

  • A
  • A
Blanc : "Huchon manque un peu de discernement"
Partagez sur :

Le secrétaire d’Etat au développement de la région Capitale a défendu, mercredi, son texte de loi controversé sur le Grand Paris.

"Jean-Paul Huchon manque parfois un peu de discernement : parce que ce métro dont on dit qu’il ne desservirait que les pôles économiques et les patates, en fait va desservir dès le départ près de cinq millions d’habitants", s’est défendu Christian Blanc, le secrétaire d'Etat au développement de la région-capitale, mercredi sur Europe 1. Son projet de loi sur le Grand Paris, dont l’Assemblée a débuté mardi soir l’examen,ignore les "lieux de vie", selon l’opposition.

Christian Blanc souhaite réaliser dans les 13 ans qui viennentune nouvelle ligne de métro automatique circulant à 60 kilomètres/heure autour de Paris, de 130 km de long, dont les premiers tronçons seraient mis en service à l'horizon 2017.

"Les grandes opérations d’aménagement urbain, de restructuration urbaine, de création de villes se sont toujours réalisées en accompagnement d’un développement économique", a ajouté Christian Blanc qui estime que son projet de loi "met justement en place les fondamentaux" de ce développement.

L’objectif de son projet sur le Grand Paris ? Faire que la capitale française "reste dans le peloton de tête des villes-monde avec Londres, Tokyo et New-York", a martelé Christian Blanc qui espère que la mise en service de son nouveau réseau de transport automatique soit "la plus belle inauguration" du président.

Le président socialiste du conseil régional d'IdF Jean-Paul Huchon a lui dénoncé, en début de semaine, un projet qui "marque une obstination incompréhensible : un métro automatique qui passera dans les champs de patates à 60 km de Paris pour desservir trois ou quatre pôles économiques". D'autant plus incompréhensible, selon lui, que "ce dont ont besoin les Franciliens, ce sont des liaisons banlieue-banlieue qui desservent vraiment des populations !".

Le coût de l’opération est chiffré à 21 milliards d'euros, en excluant les frais de fonctionnement.

> L'édito économique : Grand Paris, grande frustration