Bernard Henri-Lévy, auteur d'une lettre ouverte sur la Syrie publiée mercredi dans plusieurs journaux, a souligné que le veto de la Russie et de la Chine à toute intervention en Syrie "arrangeait" du monde.

"Il y en a beaucoup que le veto de Poutine et de la Chine arrange. Saint-Poutine, protégez-nous, protégez-nous de nous-mêmes, protégez-nous d'une intervention", a insisté Bernard Henri-Lévy. "Tant que Poutine veille, on ne risque rien. Il y a dans certaines chancelleries occidentales ce réflexe. Je ne crois que ce soit le cas en France", a-t-il ajouté.

Il faut arrêter le massacre en Syrie :


"Maintenant, s'il ne convainc pas Poutine, qu'est-ce qui se passe ? Je pense que même sans l'aval des Nations unies, il faut arrêter le massacre en Syrie. Il y a deux pays qui nous prennent en otages. La Chine et la Russie qui se permettent de décider ce qui est droit et ne l'est pas, juste et pas juste, il faut trouver une solution", a-t-il conclu.